Forum sur l'échange convivial entre les possesseurs de ZX6R, ZX6RR et 636. Balades, sorties, vente, achat, mécanique, conseils, réglages, piste...
 
AccueilRechercherZX6RTeam Le Site OfficielS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeMar 17 Juil 2007 - 10:12

SAISON I

Episode I"réveil matinal"

La nuit à été éprouvante et les souvenirs douloureux des dernieres années ont hanté ma nuit.
J'emerge péniblement de mon sommeil et je sort rapidement de la grotte pour ne pas reveiller les autres.
Une petite Malboro extra light fera office de dejeuner....
mmmmm......Voila 2 ans que cette grotte nous protege des INTERCEPTORS...

Le vent souffle légerement et je souris à la vue de nos belles qui brillent au soleil.Elles ne sont plus toute jeune mais sans elles et leurs performances nous serions deja mort...
Mon 800ZXR Moto GP à toujours de la G..... pour un modele 2009.Il est vrai que depuis le chao et les lois anti motardes,cette ex DEPUNIET me permet d'avoir une réelle chance face aux INTERCEPTORS.

Une sacrée nuit que je viens de passer,toutes les dernieres années ont defilées dans ma tete.
La réelection de Sikorzy et la mise en application des ses foutues lois anti motardes.L'arret de la commercialisation des motos en 2012.La peine de mort pour les grands exces de vitesse.
Je repense à notre crédulité et a notre incompréhension face à un systeme qui s'est mis definitivement en place fin 2013.
Apres l'effroi des premieres executions de motard nous nous sommes regroupé en bande indépendante et eloignée des grands axes pour tenter d'echapper aux meutes de BMW K1500RR lancées sur la route pour nous anihiler......
Ces satanées INTERCEPTORS de la police...
Il a fallu trouver des machines capablent de pouvoir les semer.Heureusement aujourd'hui les virolos et les hauteurs nous preservent encore de leurs forces de frappe.

Oui nous sommes des "Terroristes" dixit les derniers discours de la presidence et en aucun cas nous devons survivre aux lois de basse vitesse.

PFFF.......... foutu pays de M.... nous sommes à cours de vivre et il va falloir donc descendre sur les grands axes pour tenter de trouver de la nouriture.
Il est 8 heures,je vais aller reveiller les autres.Cette journée de Juillet 2015 va etre fun....

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....


Dernière édition par le Mar 17 Juil 2007 - 10:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeMar 17 Juil 2007 - 10:13

Episode II « The green bats »


A mon approche,Arnal sursaute et se leve rapidement,il semble que lui aussi n’a pas passe une belle nuit.Il a saisi son Desert Eagle dans un mouvement instinctif mais rapidement il me fait un signe d’apaisement de la main.
« Une sacrée nuit que je viens de passer ! »
J’acquiese de la tete,je le sais que trop bien,nous sommes tous extenués.

Fury dort profondement lui….mais comment fait-il ? C’est bien le seul d’entre nous qui n’a pas se constant bourdonement dans la tete.
« Et guy ! Il va falloir se préparer »
Fury grogne………mais je le secoue
« Allez aujoud’hui c’est toi l’appat sur le speedway alors prepares toi Dediou »
A mesure que je m’enfonce dans la grotte,je remarque que les lits de Ben et de Telemak sont vides.
Ils sont encore en train de bosser sur la machine de Ben.Le Desmosedici ne tourne plus depuis 1 mois.Ils ont du passer une bonne partie de la nuit dessus et il est vrai que cette belle nous manque sur les grands axes.
Ben est notre « advance man ».

La couche de Brunette est vide………….

Je sais que notre boss etait chargé de la surveillance de nuit mais elle devrait deja etre rentrée.
« Don’t hurry Juju,elle est sur le retour,je viens de l’avoir au tel….l’autouroute est degagée sur 300 km,on peut aller ravitailler sans aucun soucis. A LA BOUFFE ! »
Optimiste Arnal…

Je n’ai pas le souvenir d’une descente sur les grands axes sans une rencontre avec les INTERCEPTORS.

En attendant le retour de Brunette, je check le niveau de notre citerne d’essence.C’est devenue trop dangereux de se ravitailler en mole dans les stations alors il a bien fallu se former au braquage de camion…..
Je vais finir par croire les termes de la presidence……. « Des terroristes » c’est bien ce que nous sommes.
Au maxi….Les 35 m3 nous garantisse 2 mois de roulage.

« Bon on attend Brunette est on gaz,j’ai une sacrée dalle ! »
Fury vient ENFIN de se lever et il est chaud bouillant.

Je remarque qu’il a dormi avec sa claymore.Sacré Fury lui aussi,malgre ses airs ne passe pas des nuits de reve..

Le soleil illumine maintenant toute la plaine et une deuxieme clop avec le cafe de Telemak me fera le plus grand bien.

C’est une belle journée pour jouer avec la mort pour notre team.

Les green bats.

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeMar 17 Juil 2007 - 10:14

LEXIQUE

Desert Eagle:
Le Desert Eagle est un pistolet semi-automatique particulièrement imposant et puissant.Celui de Arnal est un "50 Action Express"Le modele le plus abouti.

La claymore:
Une claymore est une large et grande épée à 2 mains facilement reconnaissable qui était utilisée par les Highlanders (guerriers écossais). Elle est apparue au XVIe siècleet fut beaucoup utilisée au XVIe siècle. Elle mesure environ 1,35 mètre de long (1,05 mètre de lame et 30 centimètres de poignée). La poignée se distingue par 2 branches longues souvent terminées par un trèfle à quatre feuilles.

Le mole:
Ben l'essence quoi

Advance man:
Un eclaireur

Les green bats:
Les chauves souris vertes.

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeMar 17 Juil 2007 - 10:16

Episode III « Le depart »

Le bruit sourd et puissant se rapproche.Je me retourne avec un sourire
« La voila »
Arnal et Fury tendent l’oreille pour apprécier la mélodie envoutante. Les Termignonis crachent les 220 CV du 1098R et nous sommes sous le charme.

Ben et Telemak nous rejoigne. La mine déconfite de Ben me fait bien comprendre que la Desmo ne sera pas prête aujourd’hui…..

La 1098R attaque la montée vers la grotte et à chaque remise de gaz, nous avons droit à un rupteur sur le changement de vitesse.
« P... elle nous le fait sévère le retour là »
Fury piaffe sur place, il a déjà enfilé ses jambières et son cuir.
« It’s time to ride les gars!! J’AI FAIM BORDEL” il a déjà approché le démarreur des 2 motos GP.

Le 1098R s’immobilise devant nous dans un soulèvement de poussière .Brunette enlève son casque et saute de sa belle.
La virée nocturne avec le contrôle des grands axes l’ont extenuée.
Sa combinaison de cuir est maculée de poussière et de terre.son visage est parcourue de tics musculaires qui font ressortir la profonde cicatrice de son front.
Elle a mis machinalement les mains sur ses 2 Glocks 18 qui entourent sa taille.

Mais que sommes nous devenue aujourd’hui ?

« Bon, je n’ai vu aucune patrouille sur 300 km à la ronde et depuis 2 mois ils se mettaient toujours en position pendant la nuit alors on peut espérer une matinée d’avance sur eux pour le ravitaillement. On devrait être tranquille pour descendre chez Andy. Par contre pour le retour on devrait les avoir au cul……… »

‘Tu vas rester là et te reposer et je pars avec Arnal, Fury et Telemak. On la jouera sans l’advance man encore une fois…. »

« A la bourrin mon p’tit juju ? J’adore cette matinée, elle va être saignante…pas vrai les gars ? »
Les moulinets que fait Fury avec sa Claymore ne laissent aucun doute sur sa motivation. Il veut chatouiller de l’Interceptor.

J’enfile mon cuir et mes jambières par-dessus mon jean. Avec le FAMAS dans le dos le LUGER à la taille je suis pare pour la virée.

Arnal a déjà enfourche sa RCV211
« Et les gars sa me rappelle une bonne blague. Savez-vous ce que c'est qu'une tomate avec une cape ?
Réponse : C'est Super-tomate

Je laisse échapper un soupir de lassitude…………
« Trop drôle Arnal…….excellent…… »

Ben place rapidement le démarreur derrière mon ZXR et dans un vrombissement je claque 2 coups de gaz.

Fury laisse echapper son cri habituel.Certe ce n'est qu'un long et puissant rale sans aucune siginfication mais nous nous y sommes habitue avant chaque départ.
Devant moi le 1400ZZR de Telemak commence déjà à descendre la route. Derrière moi la RCV211 et la MV AUGUSTA.

« Bon on suit les oreilles de Tigrou jusqu’au ravitaillement et on reste sur nos gardes ! »

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeMar 17 Juil 2007 - 10:17

Episode IV « Les grands axes »

La plaine s’ouvre devant nous, immense et dangereuse. Le grand axe se perd à l’horizon du Nord au Sud.
Nous sommes à 150 km de la baraque d’Andy alors on va se la jouer comme d’habitude.
Notre vitesse sur les grands axes est à la fois un plaisir et une nécessité. Elle nous protège des patrouilleurs garés sur les bords des grands axes. Les « légères » Mégane 5.0 V10 turbocompressée dédiée au contrôle des caisseux n’ont pas la capacité d’entamer une poursuite. Arrêtées, nous sommes bien loin lorsque nous passons devant elle.
Par contre elles nous signalent.
Des que je pose mes roues sur le bitume propre du grand axe, j’ouvre en grand. Voila 1 an que mon anti patinage électronique ne marche plus. Certes j’ai pris l’habitude de la glisse mais pas de me faire taper par Arnal.
Son RCV me double dans un fracas et en légère amorce de weel.Lui l’électronique marche.
J’ai bien distingue son majeur levé aussi…..

Telemak qui avait senti le coup s’est calé derrière sa bulle et à essayer d’ouvrir avant nous. Le RCV le dépose.
Je me place derrière Telemak afin que nous restions en groupe.
Je sais qu’il va se caler à 270.Voila un minimum pour ne pas permettre aux patrouilleurs d’entamer une chasse. De toute façon je suis sans compteur et Telemak est le seul avec un qui marche encore.C’est notre temporisateur sur la route.

Je cale mon casque dans le réservoir et ne regarde plus que le C.L du ZZR .Je sent Fury à mes cotes.
Nous revenons sur Arnal et celui-ci vient se placer tranquilement derrière nous.
Sa voix résonne dans mon oreillette.
« Décidément, Juju ça devient lassant d’être tout seul devant….hi hi »

« Bon les jeunes vous suivez gentiment le tracteur et vous arrêtez vos conneries »

« Pas de blême Tigrou c’est parfait pour moi j’ai besoin de vérifier mon DESERT EAGLE »

« Culé »

Il nous faut une trentaine de minute pour rejoindre le Supermarket d’Andy alors autant être bien cale et s’economiser.Le retour sera surement plus agité.

La voix de Telemak résonne soudainement
« A tous, nous arrivons sur la zone de Tundherstorm »
Avec des radars posés tous les 250 m sur une distance de 10 km Les 4 motos vont entrer dans la zone à 270, c’est certain on va avoir droit à une sacré série d’éclairs…..

Chacun se prépare à vivre les déclenchements.

Les Tundherstorm ont été mis en place au début de l’année 2015 et ils ont un but : perturber les motards qui arrivent quitte à les faire chuter. Pour ceux qui malgré tout ralentissent devant cette montagne de déclenchement, il ne reste plus qu’aux patrouilleurs généralement placé en fin de zone à les intercepter.
Avec une vitesse limitée à 60 km/h sur la zone, ils gagnent à tous les coups….

Tous derrière le ZZR et sa bulle haute fumée nous sommes capable de passer à 270.Cela demande à Telemak une grosse concentration car il va prendre un méga flash pratiquement toute les 3 secondes. Nous nous sommes calé à 1 m de l’autre et chacun ne regarde que le C.L de celui qui le précède.

« Et c’est parti ……….PHOTO….PHOTO…BONJOUR…..PHOTO…………SALUTATIONS DE FURY BANDE DE GAY…………PHOTO…….. »

Des fois je me demande si Fury à toute sa tête,il est à 1 mètre de ma selle et il fait le C...…

« Fin de zone….Patrouilleurs sur la droite………ils nous ont entendu les gars, On coupe pas »

Telemak joue son rôle parfaitement et il ne sait que trop bien qu’il faut passer fort et vite devant eux. Ils ne prennent pas le risque de nous barrer la route ……ils ne sont pas kamikazes eux …….contrairement aux INTERCEPTORS.

A notre passage, nos 4 annulaires se lèvent instinctivement ensemble.Ils peuvent bien essayer d’enclencher derrière nous. Pas asses puissant les gazous.

BIEN LE BONJOUR FOIRE DE LOPETTE ! »

Derrière moi cette fois j’ai entendu « la sirette » du MV AUGUSTA. Fury vient de me caser un Wheel dans mon C.L !!

« P... Fury calme toi ou je raconte une blague MEDE ! »

Tous en cœur

« NON PAS CA ARNAL »

Le reste du trajet se passe sans embuche. Telemak a été parfait encore une fois. Pas de baisse de vitesse et de trajectoire bizarre. Nous sommes en confiance derrière lui.

« Je coupe doucement, la bifurcation arrive…….le MIAMMIAM est bientôt là.

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeMar 24 Juil 2007 - 17:23

Episode V « la baraque de l’oncle Andy »


Nous empruntons à faible vitesse le chemin sinueux et boueux qui mène à la baraque. Sur cette route bordée d’arbre et de buissons nous croisons quelques animaux. Nous sommes dans des coins reculés des grands axes et des mégalopoles.
Ignoré par les INTERCEPTORS nous sommes entrés dans une zone sans réelle importance pour l’état. Ils ont trop à faire avec les urbains pour l’instant.

Verrais-je de mon vivant cet endroit disparaître ? Je le crois……….

Au milieu de foret, une maudite bâtisse en bois recouverte d’un toit de tuiles dépareillées apparaît.
Elle est dans un état quasiment de ruine avec un grand nombre de planches fendues ou cassées. Les fougères ont recouvert le mur gauche et une grande partie du toit.
Devant la baraque, la petite surface dégagée et gagnée sur la foret est parsemée d’un amoncèlement de tôles et de diverses pièces motos.
Il y a ici des cadres, des moteurs et des centaines de pneus dans des états proches du lambeau.

Devant la devanture de la maison une dizaine de moto sont alignées.

Le bruit de notre approche à fait sortir 2 motards de la baraque. Ils se sont approché et adossé à leurs montures et ils nous regardent arrivé calmement, la main sur leurs ceinturons.

Il faut dire que les 2 loustics ont deux CBR1000-RR modèle 2012.La dernière année de la commercialisation des motos en France. Cela fait longtemps que je n’avais pas vu de moto si récente mais leurs méfiances me fait sourire car ici nous sommes chez Andy.
Ici personne ne vole ou ne détériore quoique se soit appartenant à un motard sous peine d’être exclu définitivement de ce lieu, voila la règle du maitre de maison.

Les 2 motards ne sont pas d’ici…

Arnal ouvre en grand et rupte le RCV pour signaler notre précense à Andy et il salue les 2 gars.
Je le suis dans un fracas et mon ZXR crache ses flammes bleues.2 moto gp en état de marche ont bien plus d’effet que deux ailes de poulets.

Des cadres nus sont alignés sur le sol et font office de bequille, je plaque ma belle contre l’un deux au milieu de quatre Z1000 K9.

« Ya la bande de Gabichon qui ravitaille dediou le père Andy va être dévalisé il faut se dépêcher les gars ! »

Fury saute de sa machine et s’engouffre dans la baraque. Telemak le suit.

Arnal s’est rapproche des 2 nouveaux tout content d’avoir un nouveau public il entame une grande discussion.

« Salut les gars, vous n’êtes pas d’ici vous ? Il ne faut pas être aussi méfiant, nous sommes en sécurité…alors il faut se détendre….D’ailleurs vous la connaissez celle là ? Deux pneus qui se disputent :
- Tu veux que je t'éclate la tronche ?
- Dégonflé va ! »
L’incrédulité de son public ne le décourage pas et il enchaine une série de courte blague qui finalement décrispe les gars.
« Ok enchanté Theo et Yoko moi c’est Arnal le roi de la blague ! »
Sa bonne humeur communicative apaise ces deux bonhommes car ils doivent venir de loin et ils ont du vivre un paquet d’épreuves.
Rassuré, je laisse Arnal avec ses deux nouveaux amis et je rentre à mon tour dans la baraque et sort la liste de course.
Surtout ne pas oublier le cacolac de Brunette…….

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeMer 1 Aoû 2007 - 9:22

Episode VI « Altercation »

L’odeur des lieux est à la fois un mixte d’huile de moteur et d’huile de friture…Des tables sont disposées un peu partout et les murs sont recouverts de poster de moto de grand prix. Au centre de la salle trône un vieux ZX6R K4, celui d’Andy…Il est rongé par la rouille et vide de moteur.
La fourche avant porte les stigmates de la chute…elle est pliée à mi hauteur avec un vilain angle de presque 90 degrés. Seul la coque arrière est montée, le reste s’est perdu dans la nature un soir de Septembre 2013…

La salle est sombre et seul le bar est éclairé par une rampe d’halogènes disposée sur sa longueur.

Des jurons éclatent de l’arrière salle.
« P... Gabichon, tu prends qu’une seul caisse de patate, vous allez pas mourir de faim ! M..., vous êtes 4 et vous bouffer pour 10. ON EST UN PAQUET DE MOTARDS A VENIR ICI »

Je crois que Fury à les nerfs………

« Et le Manneken pis tu ne me mets pas la misère ou je te fais avaler ton opinel »

Gaby aussi……

Telemak sort de la pièce avec deux bonbonnes d’eau et une bouteille de whisky, il me lance un clin d’œil et file vers le ZZR tout content.

En plus d’être notre temporisateur il est aussi notre chameau…

La dispute se prolonge et j’entends distinctement la claymore vibré dans l’air.
«Tiens tu le vois bien mon opinel XXL ? Et bien tu vas en tâter Gabi…C... ! Oui »
« Pov petite frite inconsciente qui n’a pas son manger, tu vas saigner du nez et rapidos »

« C’EST PAS FINI LE BORDEL LA BAS! »
Andy entre rapidement dans la baraque, il passe devant moi en me saluant et se rue dans l’arrière boutique. Les bruits sourds de sa jambe de bois ont martelé brutalement le sol. Les deux zigotos ne peuvent que l’entendre arriver et ils se sont tut subitement.

Il est vrai que depuis qu’il a survécu à un contrôle des Interceptors et sa terrible chute il est extrêmement respecte. D’autant plus que nous sommes chez lui.

« Bon les deux clowns si vous vous ne mettez pas d’accord tout de suite je vous vire à coup de pied ! »
« Oh Andy comment va ? Mais on discute avec Gaby….On discute c’est tout, je vais prendre juste les petits paquets de riz et ceux de pates….ça ira….pas de problème… »

Les deux gars savent bien ce que " un coup de pied "veut dire quand on voit la fine lame à deux tranchants fixées au bas de la jambe de bois.
Je rigole quand je vois Fury sortir la tète basse avec son maigre butin.

« Don‘t hurry boy je vais arranger le coup avec Andy.. »

L’ouverture de la baraque de l’oncle Andy et ses compétences sur le marché noir des vivres ont été des vraies bénédictions pour tous les motards de la région. Nous le savons que trop bien alors même si l’altercation n’est pas bien méchante, nous ne pouvons pas nous permettre de mettre Andy en rogne. Cette disponibilité de vivre est la seule à 500 km à la ronde et chercher ailleurs signifierais pour nous des tentatives de recherche dans la grande mégalopole.

Voila bien une perspective suicidaire…

La grande carcasse de Gaby surgit de la pièce. Il porte une cote de maille qui lui descend jusqu’aux genoux. Celle ci est surmontée par un énorme ceinturon de cuir à la taille et un pare pierre noir, symbole de sa bande. Sa corpulence et ses attributs font de Gaby un impressionnant adversaire. Il a toujours sa machette à la main et je comprends que le géant n’allait pas se laisser faire par notre Fury.

Il est rouge de colère mais il a bien sous le bras gauche une belle caisse remplie de patate. Ses 3 comparses qui le suivent en porte chacun une.
Il attrape son fameux casque à pointe et sort de la baraque en meuglant.
« Si je croise encore le nabot, je lui coupe les oreilles et la queue »
Les 4 Z1000 démarrent dans un vrombissement et un soulèvement de poussière.

Andy est maintenant devant moi.
« Bon les greens bat il va falloir vous calmer car c’était une gratuité prévue pour Gaby alors pas de nouvelle connerie ? OK ? »
« Aucun soucis Andy, nous venons pour la notre et on ne prendra pas plus.Fury se passera de patate pour cette semaine .Avec le riz, les pates et l’eau je récupère le cacolac pour Brunette et c’est tout. »

Je paye rapidement le bonhomme et je sors.

A l’extérieur, je retrouve Arnal toujours en conversation avec ses deux nouveaux amis.Telemak a déjà sangle les bonbonnes sur le ZZR.
Fury est sur la MV et piaffe d’impatience…

« Bon on se casse vite fait parce que c’est toujours pareil ici on ne peut pas prendre plus que la commande et les « Z » sont toujours mieux servi en quantité »

Je comprends bien Fury mais les « Z » écument la région du nord au sud et se sont toujours grâce à leurs informations que nous savons si la présidence à décidé des nouvelles directives ou si les interceptors vont réaliser des nouvelles planques. Contrairement à la majorité des motards, ils continuent à circuler en ville et à profiter de ses plaisirs. Alors ils prennent un peu plus de ravitaillement donné gracieusement par Andy en contre parti de leurs renseignements.

Les « Z » étaient encore 10 pilotes il y a 1 an…

Il est temps de reprendre la route.

J’attrape l’épaule gauche de Telemak qui passe à ma hauteur afin de demarrer la belle rapidement et Arnal celle de Fury.Le ZXR craque et j’ouvre doucement sur ces chemins piegeux.
Dans quelques minutes nous serons sur le grand axe et notre premier passage a été signale par les patrouilleurs.

Une grande concentration s’empare de notre groupe car là il va bien falloir passer les Interceptors.

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeVen 24 Aoû 2007 - 10:35

Episode VII « Terreur»

Nous reprenons notre classique mise en place sur la route.Telemak devant moi, Fury et Arnal. Le ZZR chargé de 70 litres d’eau ouvre difficilement et j’entends les coups de gaz malicieux de Fury derrière moi….

240…..245…250…

« Je ne peux pas mieux les gars j’suis à toc à 260 compteur.. »

Je reste focalisé sur la roue arrière du ZZR à 1 mètre de moi et je me cale confortablement derrière ma bulle. Les premiers kilomètres se font sans un bruit dans les intercoms..Nous sommes tous aux aguets et concentrés sur les événements futurs.

Notre chameau est lent avec toute cette flotte, bien trop lent pour une rencontre….

Le soleil brille déjà haut dans le ciel et il ne nous gênera pas.

« Nous revenons sur une moto devant nous à faible allure…l »

La voix de Telemak a résonné dans ma tète et rapidement je rapproche ma main du LUGER.

Une moto dans cette zone ? à faible allure ? Un inconscient ? Un suicidaire ? Un piège ?....

« Nous revenons fort sur lui à toi de jouer Fury »
« Pas de problème mon Tigrou je suis la… »

Aussitôt le MV ouvre et me double en se plaçant devant Telemak.Fury à déjà la claymore dans la main droite. Il est prêt à couper le gonze en deux si nécessaire….

Nous sommes maintenant à moins de 100m de la moto et aucun signe de sa part. Nous faisons pourtant un barouf d’enfer avec les moto gp..

« P... il a les stops allumés, il est en train de freiner comme un taré en faite…il veut redescendre à vitesse réglementaire.Les interceptors sont la !!M... pas loin de nous…..NE COUPEZ PAS LES GARS ! NE COUPEZ PAS ! »

Nous sommes sur lui…c’est un vieux R6 et le gars à les mains et les pieds sur les freins…la vieille Yamaha bouge dans tous les sens et la roue arrière est bloquée. Le regard du gars est tourné vers la droite et fixe deux points noir à presque 300 mètres au milieu du champs.

Ils sont là.

Deux claquements secs se font entendre au moment ou nous doublons le piano en perdition. La poitrine du motard explose et il est projeté sur le sol devant les roues de Fury.

« CHIOTE DE M...…JE VAIS ME LE FAIRE LE C... P... J’OUVRE A DROITE »

Le MV se décale et aussitôt largue le ZZR.

« ON PASSE A GAUCHE MAIS P... ARROSEZ LES GARS »

Pas besoin d’attendre les cris de Telemak, j’ai déjà le Luger dans la main et je vide mon chargeur en direction des 2 ombres. Derrière moi j’entends les terribles déflagrations du DESERT EAGLE.

La Yam en roue libre se couche sur le grand axe dans un fracas, elle glisse hors de la route et entre dans le champs en soulevant des herbes et de la terre. Le corps du motard se disloque sur le bitume et fini sa course dans le fossé gauche. J’ai bien distingué sur son casque l’inscription en jaune….R6 family…

J’ai vidé mon chargeur comme un damné sans réellement viser et je sue à grosse goutte sous mon casque. La vision des ces 2 silhouettes au loin m’a terrifié et j’ai répondu instinctivement avec aucune maitrise..

Le souffle d’Arnal envahi ma tète.il est lui aussi aux abois…

Je me cale de nouveau derrière le ZZR et j’attends la suite petrifié, je sais qu’a notre vitesse ils n’auront aucun mal à nous rattraper et il est hors de question de planter Telemak.Il faudra stopper et faire face avec le fusil d’assaut et tous notre attirail.

Fury G..... dans l’intercoms :

« Ils n’entament pas la poursuite ! Ils restent en position sur leur hauteur et bravo aux Kings des fêtes foraines on a fait que du vent avec nos tirs .Ils doivent attendre un plus gros gibier que nous…..les « Z » sont dans le coin alors … De toute façon ON TRACE P... ET VITE !… »

Notre petite bande n’est pas encore très connu dans la région et malgré nos tirs dans leurs direction les INTERCEPTORS n’ont pas bouge et ils ont déjà réussi un coup sur le R6 alors…..Ils étaient à presque 300 mètres et ils ont fait mouche tous les deux sur le bonhomme…

Le silence est revenu dans le groupe et chacun de nous réalise la chance que nous avons eu…il est sur qu’il avait une mission bien précise et que nous ne faisions pas parti de leur plan.

Nous repassons les thunderstrom et les patrouilleurs ne sont plus là…

Les flashs me sortent de ma torpeur et je retrouve mes esprits. Mon cœur est redescendu tout doucement…Je me concentre de nouveau que sur une seule chose…la roue arrière du ZZR .

D’ailleurs il ne faut plus voir que ça……..le 2CT du ZZR………

J’ai froid, j’ai peur et j’ai faim ………

Ne regarder que la roue arrière…ne penser qu’a ça…

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeMar 28 Aoû 2007 - 9:53

Episode VIII « La brute »

Les deux légers coups de stop de Telemak me rappellent rapidement que je suis à 1 mètre de son cul.
J’annonce moi aussi le ralentissement aux autres et me je me relève doucement.
« Bon les gars il nous reste encore 15 km avant la route de la grotte mais il y a du monde devant arrêté. Ce ne sont pas des INTERCEPTORS»

Instinctivement on se décale tous et on occupe totalement la route.

Je distingue 3 motos sur le bas coté et des ombres qui s’affolent autour.ils nous ont entendus. Pour eux comme pour nous, il s’agit de s’appliquer à vivre cette rencontre qui pour l’instant ne nous dit pas si elle est bonne ou mauvaise.

A ma gauche, Arnal en roue libre à le buste totalement relevé et il a lâché les bracelets. Il est en train de recharger le DESERT et essaye d’en imposer aux inconnus.

Nous arrivons sur eux, les 4 motos de front et les grands coups de gaz des motos gp font leurs effets.
Nous stoppons les machines à 10 mètres d’eux.

3 Hommes nous font front, ils portent tous un treillis bariolé et des rangers.iIs sont torse nu mais je distingue posé sur la droite des cuirs et des plastrons aux couleurs du drapeau anglais
.
Derrière eux 4 speed triple sont béquillées dont une avec une partie du moteur démontée.

Les bonhommes nous regardent fixement et seul un des 3 brandit une arbalète armée mais pointée vers le sol.

Je souris car à ma gauche Arnal porte le DESERT EAGLE et moi j’ai le FAMAS dans les bras. De plus avec Fury qui pointe sa claymore, les petits anglais ne font pas le poids.

« Il nous manque un gonze, Juju »
Fury à raison, le compte n’est pas bon avec les motos…

Soudain derrière nous j’entends nettement le bruit caractéristique de l’armement d’une grosse arme automatique. Nous nous sommes fait avoir comme des bleus.

Au même moment l’arbalète a été pointée sur nous.

« Arnal tu check devant avec Fury…! »

Je me retourne

Telemak qui était en retrait à les mains levées et me regarde la mine pale. Sur sa gauche il est mis en joue par le canon d'un M60 posé sur sa joue alors qu’un deuxième M60 nous tiens en respect.

Au bout de ses deux M60, deux bras gigantesques avec des biceps impressionament gonflés de sang.

Le gars est immense et sa musculature est ahurissante. Sa tète rasé est littéralement ancrée au milieu de trapèze disproportionné.Il ne semble de pas avoir de cou. Il porte uniquement une cote de maille et il a une hache à double francisque dans le dos

Il doit avoir plus de 50 kg d’équipement sur lui.

Malgré ma stupéfaction devant cette vision j’ai tout de même réussi à braquer mon FAMAS sur la brute.

« Bonjour Messieurs, il faut toujours être méfiant sur ces grands axes...On peut y faire des mauvaises rencontres. Je suis Snipers Nous ne sommes pas des barbares de la route, simplement un groupe qui cherchait un endroit pour bivouaquer mais une de nos speed a cassé..Alors si cela vous convient nous pouvons gentiment faire connaissance ou je peux vous exploser vous et vos belles. »

Les paroles ont jaillis littéralement de sa mâchoire avec une voix grave et caverneuse.

Je baisse aussitôt mon FAMAS pour apaiser le monstre qui me réduirait en purée avec une rafale et aussi pour donner le ton à Fury qui piétine dans mon dos.
« On se les fait Juju ? On se les fait ? »

Il faut dire qu’il a juste une arbalète pointée sur lui….

« Enchante nous aussi de vous connaître, nous ne sommes pas des barbares de la route et nous revenons de chez Andy ou nous avons fait le plein de nourriture. Nous avons un lieu ou nous pouvons vous accueillir pour la nuit. »

La proposition d’hospitalité a fait mouche et mon ton apaisé a mis en confiance Snipers.
Il donne un petit coup avec la pointe de son M60 à Telemak.

« Rhooooo je déconne la si j’avais voulu de descendre je t’aurais déjà coupe en deux avec une bonne rafale petit morpion !»

« Ah ok ben merci c’est rassurant…” Telemak est tout blanc.

Rien ne vaut l’humour pour décrisper tous le monde...

« Ben M... on ne va pas se bastonner alors…je suis bien déçu là….j’vais être obligé de vous vanner alors les petits anglais... enchanté moi c’est Fury, lui c’est Arnal et l’autre badabeu avec la moulinette dans les mains c’est Juju…. Et Sinon c’est toujours en panne les anglaises…non ? »

Snipers nous présente ses comparses….qui sont eux aussi tout content de la tournure des événements…
« Voila Tripleman,Menzo et Ptit Philou. On est vanné car on vient de rouler 600 Km et voila que l’on casse un truc dans le moteur de Ptit Philou »
Apres ses moments de peur et de tension, chacun se sert la main chaleureusement. Tous le monde mesure le besoin vital de vivre en groupe et de s’entraider dans le monde d’aujourd’hui.

« Bon il serait vraiment dangereux de rester sur les grands axes alors vous allez tracter votre speed en panne jusqu'à notre repère…on prend le temps de déjeuner et vous aurez tous le loisir de réparer en sécurité.. »

Snipers acquiesce et me remercie de la proposition…il range rapidement avec Ptit Philou les pièces moteurs posées sur le goudron et ils s’apprêtent avec son petit groupe à nous suivre.

« Bon on fera connaissance plus tard les gars on reprend la route tout de suite et Telemak il va falloir que tu changes de froc…tu en as mis partout là… »

Aucune réponse de Tigrou à la vanne d’Arnal, serieux et précis il enfourche son ZZR et il démarre.

Le petit groupe s’ébroue à faible vitesse.

Il me tarde de retrouver la grotte et de manger un peu..Peut être que les speed accepterons de rester avec nous pour essayer de survivre ensemble…il faudra en parler à Brunette et savoir si elle accepte des Anglais avec nous...Je me dis que la carrure de leur Snipers pourrait être en argument très convaincant.

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titou
Admin
Admin
Titou

Masculin Nombre de messages : 18856
Age : 38
Localisation : Lyon (Allez l'OM lol)
Modèle/Année : 10R et Tondeuze
Couleur : Vert et noir
Date d'inscription : 13/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeJeu 20 Sep 2007 - 22:47

Episode IX « Ben »

Le reste du trajet se passe sans encombre pour notre petite troupe.
Au moment ou nous entamons la montée vers la grotte, nous ruptons les 2 motos G.P avec Arnal comme d’habitude afin de signaler notre arrivée à Brunette et aux autres.

Aucune autre moto du groupe ne fait de toute façon un bruit aussi caractéristique et si fort…..

Comme je m’y attendais Brunette et, Ben sont devant la grotte et aux aguets, Ils ont rapidement identifié des motos qu’ils ne connaissent pas et même si notre précense avec eux les rassure, ils attendent tout de même des explications.

Je rigole en voyant la tète de Ben se décomposer à la vue du géantet son casque à pointe.

Apres quelques minutes d’explications au boss et son accord, les 4 nouveaux s’affalent sur le sol de fatigue. Les paroles de Brunette les ont rassurés.

« Vous pouvez profiter de notre grotte pour vous reposer et prendre le temps de réparer votre speed, ici vous serez bien pour reprendre des forces.. »
Apres tant de tensions, de peur et de nuit sans dormir, le simple faite de pouvoir s’allonger et d’espérer trouver le sommeil dans un lieu en sécurité est un don du ciel.

« Et juju, c’est tout bon pour le Desmo, il est ok pour la prochaine virée !j’ai pu remonter tous le moteur et il démarre enfin… »

Ben est heureux comme un gosse et il tape des mains en faisant des petits sauts de cabri dans tous les sens…il s’approche de Fury et lui assène une vilaine claque dans le dos et s’enfuit en courant à l’autre bout de la grotte.

« Mon Desmo tourne et je vais te bouffer Fury avec ma belle…. »

En le défiant avec un grand sourire il lui lance des petits fucks, il continue ses petits sauts de cabri…
Fury rigole et lui court après en essayant de le plaquer au sol mais le petit ne se laisse pas faire.

Je souris car c’est toujours le petit du groupe malgré ses 26 ans.
Apres les premiers meurtres de motards, beaucoup d’entre nous ont tenté de fuir dans les campagnes et essayer de vivre loin des villes.
C’est là je me souviens, au fin fond du Diois que nous avions trouvé Ben avec Fury, le petit gars.
Il avait fui en 125 RS et après un serrage moteur c’était retrouvé seul abandonné par son groupe. Il était resté à l’endroit même ou sa moto avait serrée et refugie sur le bas coté. Quand nous l’avions trouve, je ne sais depuis combien de temps il attendait recroquevillé sur lui-même mais le froid et la faim avait fait son œuvre..

Fury s’etait aussitôt pris d’une grande amitié pour ce petit gars et il l’avait protégé tous le temps de sa convalescence avec nous.
Les deux gonzes sont aujourd’hui très proches et liés pour la vie.

Alors les voir faire les imbéciles devant nous……

Voila bientôt 2 ans que nous partageons notre quotidien et nos peurs.

Arnal et Telemak quand a eux n’avaient pas failli à leurs habitudes et préparaient rapidement la bouffe pour le groupe. Nos réserves étaient pour 6 mais ils ne c’était pas pose de question et préparaient aussi pour les nouveaux qui semblaient tous dormir. Le moment venu, nous partagerions avec eux avec leurs réserves pensaient ils.

Je m’approche d’eux pour les aider mais le regard que me lançe Brunette est sans equivoque.Elle se méfie des speed et me le fait bien comprendre avec ses yeux.

Avec Brunette nous avions toujours été sur la défensive lors de nouvelles rencontres. Mais c’est vrai que comme elles, j’étais un peu remonté quand à leurs attitudes et au faite qu’ils n’avaient pas pense à partager la nourriture.
De plus et contrairement à Brunette, j’avais vu le regard du géant quand il nous braquait et…..il n’y avait aucun doute dans mon esprit…il aurait tire si cela avait été nécessaire.

Mais n’était ce pas mon esprit méfiant qui me jouait encore un tour ? Tenter de convaincre ses gars de vivre au moins un moment avec nous était aussi une bonne idée car plus nombreux nous avions plus de chance de survie…alors.
De plus je savais tout comme Brunette que d’ici 1 bon mois il faudrait de nouveaux une citerne d’essence alors avec plus de monde cela serait plus aisé. Les convaincre au moins de rester jusque là et partager éventuellement l’essence avec eux pourrait être aussi une bonne chose.

Je décide d’oublier un peu toute ces interrogations et me replonge dans mon travail manuel : préparer la bouffe.
De plus nous avons droit à une grosse série de blague d’Arnal.
Telemak me regarde dépité mais tente aussi d’écouter avec attention les blagues qui fusent…

« C'est Nénette et Kékette qui sont au restaurant. Qui est-ce qui paye ?
C'est forcément Kékette parce qu'elle a les bourses pleines.
C'est Nénette et Kékette qui sont au restaurant. Qui est-ce qui paie ?
C'est Nénette parce que Kékette est raide.
D'autant plus que Nénette a toujours un peu de liquide sur elle.
C'est Nénette et Kékette qui sont au restaurant. Qui est-ce qui paye ?
Kékette car c'est un gland »

Bon des fois elles sontt vraiment drôles…

_________________
Si tu freines, t'es un lâche! Si tu freines pas, t'es dans le bac! lol


Dernière édition par le Dim 23 Sep 2007 - 10:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.zx6rteam.fr
Titou
Admin
Admin
Titou

Masculin Nombre de messages : 18856
Age : 38
Localisation : Lyon (Allez l'OM lol)
Modèle/Année : 10R et Tondeuze
Couleur : Vert et noir
Date d'inscription : 13/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeJeu 20 Sep 2007 - 22:48

Episode X « Repos »

Voila déjà 2 heures que les speeds dorment. Nous, nous avons mangé copieusement et je digère tranquillement en dehors de la grotte assis sur un rocher.

Fury, Telemak et Ben sont en pleine partie poker. Nous sommes entouré de rocher alors des petits cailloux font office de mise.
Arnal bichonne sont RCV et lui fait une toilette des plus rigoureuse. Il est sur le nettoyage des jantes avec chiffon et brosse à dent...
Avec la minutie qu’il met dans son travail, je crois qu’elle brillera bien d’ici 1 bonne heure…

Brunette s’est approchée de moi et la tranquillité du moment est propice à la discussion.

Je lui raconte alors notre rencontre avec le groupe et l’attitude de Snipers. Car âpres le moment de tension quand nous étions face à face, armes braquées, j’ai vraiment cru sentir une confiance. Leurs poignées de main semblaient vraiment sincères mais maintenant je suis plus mitigé et je me sens coupable d’avoir amené ce groupe chez nous. Mon envie d’aider à t’elle été plus forte que ma méfiance…c’est vrai que je me suis retrouve pointé par un M60 tout de même.
Et puis il n’y a qu’un seul ennemi pour tous les motards : l’Etat et ses Interceptors.Je ne peux croire qu’un autre groupe de motards est des intentions malveillantes vis-à-vis d’un autre dans notre monde actuel.

Tous mes doutes, Brunette les comprends bien et ne elle ne m’en veut aucunement, notre comportement aurait été le même si nous avions été en panne sur le bord de la route. Toutefois elle reste sur la défensive.

« Je ne suis pas rassurée et méfiante, le géant semble avoir une main mise total sur ces acolytes et aucun ne parlent vraiment. Quand ils sont arrivé, il y seulement lui qui a parlé et tous ont agit suivant ses directives. »

C’est vrai que l’on n’a pas beaucoup entendu le son de leurs voix, il semble même que seul Snipers a parlé depuis qu’ils sont là….

Brunette se lève et me fait face, son sourire illumine la plaine qui est derrière elle. Sa détermination nous rassure tous et depuis qu’elle nous mene, sa rapidité de prise de décision nous a toujours sorti de situation bien dangereuse.
Je reste toujours bluffé par sa confiance en elle inébranlables malgré les événements. Jadis elle était avec un homme mais quand celui çi a décidé de suivre le pouvoir et la présidence, elle ne l’a pas suivi.


Ce Titou est devenu un Commandant de caserne d’interceptors nous a-t-elle dit….

Aujourd’hui même si quelquefois la mélancolie ce lit sur son visage, elle est toujours moteur et motivante pour le groupe et elle ne laisse pas ses émotions la submerger


Je sors une cigarette et claque une allumette, derrière moi les gonzes jactent et rigolent…il semble que Ben soit en veine depuis plusieurs mènes…

Je sens une crispation de Brunette devant moi et je lève les yeux.

Je reste interloqué par son attitude.

Elle a les yeux exorbités portés au loin derrière moi, ses bras se sont raidis sur ses GLOCKS et je lis une effroyable surprise dans son regard…

« OH mon Dieu, Couches toi Juju ! »

_________________
Si tu freines, t'es un lâche! Si tu freines pas, t'es dans le bac! lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.zx6rteam.fr
Titou
Admin
Admin
Titou

Masculin Nombre de messages : 18856
Age : 38
Localisation : Lyon (Allez l'OM lol)
Modèle/Année : 10R et Tondeuze
Couleur : Vert et noir
Date d'inscription : 13/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeVen 28 Sep 2007 - 9:54

Episode XI « Banzai ! »

Une vive poussée dans mon dos me propulse en avant. Ma tête heurte violemment le sol poussiéreux et je suis presque assommé, alors que Les GLOCKS 18 crachent en automatique leurs 30 coups.

Les claquements déchirent mes tympans, Brunette est restée près de moi et tire devant elle sur un objectif bien précis…

Ma bouche est en sang et je vois à ma gauche, Arnal planqué derrière son RCV…il a son DESERT EAGLE à la main mais il est pétrifié…

Brunette recharge d’un rapide et expert mouvement de ses deux mains vers son ceinturon et elle met en joue devant elle en attente.

Je me retourne.

La poussière soulevée par l’agitation qui s’est produite ne me permet pas de reconnaitre les ombres qui s’agitent.

« P... mais c’est quoi ce bordel ! »

La voie de Telemak a surgit sur la gauche et je le distingue planqué derrière un rocher.

« Ben ! Fury vous êtes la ? »

Aucune réponse.

« Les speeds se sont retranché dans la grotte, j’en ai touché 2, il y en a un au sol devant près du ZZR et l’autre a réussi à rejoindre les autres. »

«Mais pourquoi as-tu tiré sur eux Brunette ? »

A ma question elle esquisse un léger sourire.

« Le casque à pointe, juju, le casque à pointe…. Il n’y a qu’une seule personne qui porte un casque à pointe dans la région avec un Z sur l’arrière »

Mais oui GABICHON !

Je réalise soudainement la situation.Gabichon n’aurait jamais laissé de son vivant son fameux casque…et il n’y a qu’un seul ennemi pour les Z dans notre monde actuel.

La présidence.

La poussière se dissipe et je distingue nettement à 4 mètres devant moi un corps recroquevillé sur lui-même. Il me fait face et l’homme à porté ses deux mains sur son ventre pour essayer de stopper le sang. Son visage exprime un vilain rictus de douleur et ses yeux sont grand ouvert.il baigne dans une mare de sang qui ne cesse d’augmenter.

C’est P’tit Philou et il est mort.

Je prends mon LUGER et je pointe aussi l’entrée.

Des râles sortent de la grotte et d’autres voix semblent essayer de les calmer
« Ils sont encore 3 la dedans alors vous surveillez bien les gars. »

Arnal nous a rejoint et cette fois avec son DESERT pointé.

« P... je suis mort de trouille juju…c’est qui ces gonzes…on n’avait jamais vu ça avant… »

« Je ne sais pas Arnal…je ne sais pas »

Le bruit caractéristique d'armement que j’avais entendu il y quelques heures se fait de nouveau entendre du fond de la grotte.

J’hurle !

« A terre tous bordel »

Les 550 coups minutes déchirent l’air et une pluie de balle s’abattent face à nous.la longue rafale explose le sol et inonde rapidement notre maigre cache.

Les pierres et la poussière sont soulevées autour de nous.Arnal à les mains sur la tète et il crie.
Nous ne pouvons bouger et la rafale ravine inexorablement notre petite cachette. Bientôt nous serons à découvert.

« Pourquoi tant de haine mais pourquoi pauvre petit motard ! Tout aurait bien pu se passer calmement pendant la nuit et il y a fallu que vous vous en mêliez…je vais vous réduire en bouilli et vous allez souffrir ! »

Au milieu de la rafale, la voix de Snipers ne laisse maintenant plus aucun doute sur ses intentions.

Tout en délivrant ses puissantes balles il rigole et attend le moment ou nous devrions agir sans aucune protection.


Soudainement le bruit stoppe et laisse la place à des cliquetis..Snipers meuglent et s’énerve.

L’arme est enraillée.

Le cri caractéristique de Fury se fait alors entendre… il surgit de la droite et s’engouffre dans la grotte avec la Claymore prête à frapper. Le gamin le suit avec mon Famas à la main.

Des cris de combat jaillissent de la grotte.

Le FAMAS déverse son chargeur.

« On y va les gars !»
Brunette a jailli et coure vers l’entrée de la grotte…

Je regarde Arnal…je crie puissamment et je m’élance avec lui.

BANZAI

_________________
Si tu freines, t'es un lâche! Si tu freines pas, t'es dans le bac! lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.zx6rteam.fr
Titou
Admin
Admin
Titou

Masculin Nombre de messages : 18856
Age : 38
Localisation : Lyon (Allez l'OM lol)
Modèle/Année : 10R et Tondeuze
Couleur : Vert et noir
Date d'inscription : 13/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeVen 28 Sep 2007 - 20:37

Episode XII « La fuite »

Je saute dans la pénombre de la grotte, le LUGER prêt à tirer. La vision qui s’offre à moi me glace de peur et je fais un mouvement de recul.

La claymore est plantée profondément au niveau du trapèze droit de la brute mais la cote de maille semble l’avoir suffisamment protégé de la puissance du coup…il a lâché ses deux M60 et il tient Fury par le cou avec férocité.le pauvre Fury ne touche plus le sol et il se débat comme un damné en essayant de lui mettre des coups de pieds. Ses deux mains tiennent toujours l’épée et il l’a tourne dans la blessure.

« S... de Taureau, je vais te faire lâcher ! NONDIDIOU mais tu vas me laisser ! »

Snipers Hurle de rage mais ne desserre pas l’étreinte qui dans quelques secondes pourrait être mortel…

Derrière, lui Je distingue Menzo et Tripleman blessés…. Ils sont allongés sur le sol et regarde la scène mais ne peuvent réagir. Ben les tient en joue avec le FAMAS.

A notre vue et voyant la situation lui échapper, Snipers dans un effort démoniaque soulève Fury et le jette dans notre direction.

Le corps de Fury me frappe avec Brunette et nous sommes projeté au sol…mon souffle est coupé par le choc et je vois au même moment Snipers se jeté à l’extérieur de la grotte. En sortant il raffute Arnal avec son puissant bras et le pousse au sol.
Arnal débosselé n’a pas tiré et une fois au sol le géant lui assène un coup de poing imparable dans le buste…
Arnal hurle de douleur et se recroqueville sur lui-même.

Deux coups de gaz et un Speed démarre en trombe vers la route.

Fury, toujours sur moi et Brunette, éclate de colère !

« P... je ne suis pas un nain ! Tu entends la brute, je ne suis pas un nain ! Je te ferais la peau un jour ! »Pour seule réponse un sifflement se fait entendre et la claymore se plante dans le sol à 1 mètre de nous...Elle était restée jusque la prise dans les muscles de Snipers…

« Bon tu te relèves Fury ou tu souhaites garder tes mains encore sur ma poitrine… ? »

Fury s’exécute et avec un petit sourire lancé vers Brunette se il se jete hors de la grotte.

« C’EST CA BARRES TOI PETIT FIOTTE ; Un jour je te retrouverais et cette fois ! »

Sa tête est rouge de sang et sa fureur l’a fait tenir debout mais sa précipitation et son excitation on raison de lui…la pression porté à son cou a été énorme.

« Oula je me sens pas bien les copains….il faudrait que je dorm….. »

Il s’écroule sur le sol, évanouit.

Ben tient toujours les deux autres speeds en joue et ne sait que faire.

Menzo à le bras à moitie arraché et il n’oppose aucune résistance. Tripleman se tient le bas ventre.il a une vilaine blessure de FAMAS mais il regarde Ben fixement et ne lâche pas ses yeux…il est rouge de fureur et ne semble pas ressentir la douleur…son envie se lit distinctement : SE VENGER de la déconvenue.

« Barrez vous les speeds vous n’avez que ça à faire… »

Brunette a lâché l’ordre et je ressens un vrai soulagement.comment gérer autrement d’ailleurs…nous sommes incapable d’exécuter de sang froid.

Les deux hommes se levent, Tripleman soutient Menzo et ils sortent sans se retourner. Tout en passant, l’anglais n’a pas lâché Ben des yeux et il esquisse même un léger sourire.

Toujours sans parler…
Ils enfourchent un Speed et se lance dans la descente rapidement.

« Lorsque j’ai reconnu le casque à pointe, Snipers était réveillé et il m’a regardé. Il a compris ma surprise et à commencer à se lever doucement tout en se rapprochant de ses M60.C’est pour ça que j’ai tiré. Il va falloir qu’on déménage dans l’heure. Notre cache n’est plus sur et je ne sais qu’elles étaient les intentions de ce groupe, si ils travaillent pour la présidence ou pour leurs propres comptes mais il est sur qu’ils nous auraient tué. »

Arnal a toujours du mal à respirer mais il se relève.

« La vache ce n’est pas un homme le SNIPERS »

Telemak récupère vide les jerricans d’eau et se rapproche de notre besoin encore plus vital : la citerne d’essence. Il va en prendre un maximum sur le ZZR.

Chacun prendra deux bouteilles d’eau avec lui dans le sac à dos.

Apres 3 claques de Ben, Fury a repris ses esprits et il jacasse dans son coin tout en se préparant.
« Costaud….costaud c’est vite dit…ce n’est pas une brute oui ce Snipers c’est un asticot et encore à peine.. »

L’après midi touche à sa fin et il va falloir se dépêcher pour trouver un autre cache sur pour la nuit qui arrive.

Apres 30 minutes notre groupe est prêt et je regarde avec nostalgie la grotte. Serions nous oblige de migrer comme cela toute le temps qu’il nous reste à vivre ??

Nous nous lançons sur les grands axes à l’opposé des Thunderstorms vers une région que nous connaissons moins..

« A la première bifurcation vers les montagne on tourne les gars.. »

« Ouais ok ok ok Brunette on va trouver un truc sympa c’est sur.. »

Arnal est dépité mais avons-nous le choix,

Nous voila avec à peine de molle pour faire 300 km et plus notre cache. Les paysages défilent autour de moi et je me concentre sur le 2CT du ZZR comme toujours. Mon KAWA ronronne doucement et j’essaye de trouver une position confortable pour le temps que je vais passer dessus.

« Je vais le retrouver le morpion ?je vais le retrouver et je vais lui mettre dans le cul son M60 ! »Il a fixé la terrible arme sur son MV.

Je suis sur de une chose c’est que Fury est bien le plus fou de nous….

Apres quelques minutes d’insultes il se tait et comme nous se concentre sur la route. Plus aucun bruit dans les intercoms. Chacun attendant la bifurcation qui pourrait nous amener vers un lieu pour la nuit.

_________________
Si tu freines, t'es un lâche! Si tu freines pas, t'es dans le bac! lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.zx6rteam.fr
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) Saison II   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeVen 19 Oct 2007 - 12:22

SAISON II

Episode 0 « strength and honor »


Le vent me frappe le visage violemment depuis maintenant 1 heure que je roule. Mon masque ne suffit pas à me protéger de ce froid glaciale qui me transperce la peau. Telle des piques de glace je ressens distinctement et douloureusement cet hiver qui a envahie la région.

Mon compteur digital indique 291 et 17000 tours par minutes, mon 600 hurle au bord du rupteur depuis que j’ai pris la route et fui la mégalopole. Rien ne pourra me stopper dans cette folie sur les grands axes en direction du Nord.

Mes mains sont crispées sur le guidon et si peu protégées par les gants qu’elles me semblent paralysées et crispées dans une position que je ne pourrais défaire.

Ma main droite est en butée sur les gaz…

Mon regard tendu vers les 300 mètres devant ma roue avant. Je suis couchée sur la moto avec ma mentonnière posée sur le réservoir et malgré toute les douleurs qui me parcourent et les courbatures je suis heureux, heureux de chevaucher encore une fois ma belle.
J’ai devant moi plus de 1000 km de ligne droite et de grands axes avec un bitume merveilleux et propre. Une sensation de plénitude et de liberté me bouleverse depuis que j’ai démarré et ouvert en grand.

Malgré la vitesse et les douleurs je réussi à incliner la tète et regarder dans mon rétroviseur.

Je souris à la vue des 2 INTERCEPTORS qui sont toujours là…..à moins de 10 mètres de mon boudin arrière.ils me chassent depuis la mégalopole et ils attendent.

Ils jouent avec ma jauge d’essence…..

Le pilote du K1500RR jaune avec une tète de Lapin sur le casque à remarqué mon regard et il me montre son bras en indiquant sa montre.
Lui, derrière son pare brise il est à l’aise.

Il a bien raison, à ce rythme endiable que nous menons, il me reste moins de 10 minutes d’essence.
Alors je savoure cette dernière chevauchée avec toute la soif de vivre qui m’anime et au delà même de ce que j’aurais pu consciemment imaginer ressentir un jour.

Je me recroqueville de toute mes forces sur le réservoir et dans une volonte désesperée je pousse encore et encore mon poignet droit en butée.de toute mes forces j’appuie sur les gaz et espère que la belle trouvera encore de la puissance.

293….voila toujours cela de gagner en me plaquant encore et encore…


Ma vision n’est plus qu’en 2 dimensions depuis déjà longtemps. Plus aucun relief autour de moi….j’ai l’impression de bondir inexorablement sur une même toile. Le bitume et le ciel gris. Oh ma concentration est toujours optimum et le hurlement du moteur me garde en alerte sur les dangers de la route…mais à cette vitesse et il me semble difficile que je puisse éviter une pierre mal placée. Cette idée me fait sourire mais à quoi bon me lamenter maintenant que je suis pris au piège par ces 2 INTERCEPTORS.

Un flash me fait sursauter brutalement…le voyant de réserve….

Je ne change pas ma position et je continue jusqu'au bout…

La nostalgie des années 2000 me transporte dans mes souvenirs. Toutes ses libertés que la présidence nous a enlevées, toute cette haine qui s’est déversée inexorablement sur le monde des motards. Il y encore 1 an je roulais sur circuit et vivait pleinement cette passion. Aujourd’hui, en 2015, je suis en fuite depuis prés de 130 km avec 2 criminels d’état derrière moi.
S... de monde moderne.

Les premiers toussements du moteur.

Le R6 broute encore quelques secondes et se tait soudainement….je me retrouve en roue libre. Ma vitesse décroit rapidement et dorénavant c’est un bruit sourd et horrible qui déchire l’air. Celui de deux BMW en train de rupter.

Je me relève droit sur la moto et j' ecarte les bras.

J’hurle :

« ALLEZ Y LES GARS VOUS AVEZ JOUE AVEC STEPH095 ALORS FINISSONS EN MAINTENANT ! »

2 détonations.

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeLun 22 Oct 2007 - 17:14

SAISON II
Episode 1 « la garde spéciale »

Les 2 déflagrations du 577 T- REX ont inondées la plaine. Elles viennent frappées la montagne ou il s'est refugié il y a 3 mois.

Le terrible écho envahie les alentours et le sort brutalement de sa torpeur.
Rapidement il se lève et renverse son écuelle de flageolet,il attrape sa paire de jumelle numérique afin de déterminer les origines des coups.

Au bord de la falaise on domine les grands axes. A l’abri des rochers l'homme commence un balayage de la plaine sans se faire repérer.

Dans l'objectif à prés de 600 mètres il visualise 2 combinaisons cuir parfaitement propre et brillante de la garde spéciale des INTERCEPTORS.

Les deux officiels encore casqué sont en train de pousser une moto qui semble un R6 sur le bord des grands axes, l’un deux porte au bras un casque affreusement éclaté au niveau de la visière.

Il le jete dans un grand mouvement au plus loin du bitume et se retourne vers l’autre.
Celui ci est beaucoup plus grand et on distingue les insignes de son grade sur ses épaules : c’est un capitaine de la garde spéciale, une équipe de 250 tueurs professionnels et assermentés. Ils sont chargés des missions de contrôle des grands excès de vitesse uniquement.

C’est une troupe d’élite de la présidence.

Dans la réalité ils opèrent sur la majeure partie des grands axes et ils abattent à vue les pilotes qu’ils estiment au dessus des vitesses légales, contrairement aux classiques INTERCEPTORS qui ont le permis de tuer après contrôle de vitesse par radar.

La présidence à donc mis sur la route une bande structurée et extrêmement efficace pour annihiler définitivement les colonies de motard qui osent encore rouler.

Il n'y a aucun doute sur ce qui vient de se passer, le bitume est rouge de sang sous leurs pieds.

Les deux INTERCEPTORS enfourchent leurs BMW et ils craquent dans un grand coup de gaz leurs moteurs sur vitaminés.
Jamais aucun motard n’a vraiment su la puissance que ces machines développent mais une chose est sur, il n’a qu’une moto gp en état de marche pour espérer les semer en vitesse de pointe aujourd’hui et pour……toujours en France.
Le GSVR 2010 de l'homme, sort plus de 260 cv il a reussi à semer 2 INTERCEPTORS en chasse après avoir franchi la barre des 340 km/h…

les deux gardes enfouchent leurs motos et demarrent en trombe en contrôlant leurs amorces de Wheel…ils déchainent leurs motos et disparaissent de l'objectif.

Le solitaire se retourne vers son repas et continue à manger lentement cette bonne vielle conserve de flageolet.

sa moto est devant lui et en belle état de marche. Aucune modification dessus si ce n’est des pneus route et un arceau métallique sur la coque arrière pour fixer ses affaires.La déco d'origine a disparu avec le temps au profit d'une profonde couche de crasse et de poussiere.

Voila 2 ans que qu'il vit seul et éloigné du monde des mégalopoles et des autres motards. Comme certains l’ont choisi après la mise en place des lois anti motardes, ils sont partis et ont choisi cette vie de solitude afin de survivre.

Pour tous les autres,ils sont des lonesome rider et cette homme a confiance uniquement en la vitesse de sa belle et son MICRO UZI

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeMar 23 Oct 2007 - 12:02

Episode 2 « the lonesome rider »

L’homme se retourne vers le petit camp qu’il a amenagé.Il a réussi à mettre en place une petite culture sur une dizaine de mètre carrée ou pousse diverses salades et tomates. Sur sa gauche des patates attendent la récolte et 2 muriers la saison chaude pour donner leurs fruits.

Au centre, dans un renfoncement de la montagne il a ouvert une cavité qui lui sert de couchage et de préparation de la nourriture.
Il a couvert les murs de cartons épais et installé 2 vieux matelas et un duvet. Sur le devant un petit foyer de braise lui permet de faire du feu.
Il s’est construit une lourde porte en bois qui lui permet de fermer l’ouverture dans la roche et ainsi vers du feu la nuit et ne pas vu des grands axes.

Sur une étagère métallique trône des dizaines de boite de conserve. On y trouve des flageolets, des haricots et des cassoulets.

Rien de très excitant à manger mais il estime avoir plus de 6 mois de nourritures en conserve et avec son jardin il peut bien survivre des années ici.

Il a choisi ce lieu car à 200 mètres de sa cache coule une source d’eau à fleur de montagne.

Si l’époque n’était pas aussi chaotique, il pourrait s’apparenter un petit bout de paradis.
La prudence est constante afin d’éviter de se faire repérer des grands axes. Ainsi chaque fois qu’il s’autorise une descente sur les grands axes il passe par un chemin qu’il a ouvert au milieu des rochers et des arbres et qu’il amène au bas de la montagne. Il lui faut plus de 2 heures pour descendre en roue libre mais cette effort lui permet de rester en vie et d’avoir un toit sur.

Hier il était un pilote de compétition vainqueur de G.P en championnat du monde super sport en 2010. Aujourd’hui il est un lonesome rider jardinier.

Son quotidien est rythmé par l’entretien de son jardin qui va devoir passer l’hiver et la préparation de sa réserve d’eau qu’il va entreposer dans sa cavité pour l’hiver. De plus il doit ouvrir encore la cache afin de pouvoir y rentrer sa belle qui ne supportera surement pas un autre hiver.
Voila 8 mois qu’elle n’a pas tournée et qu’il n’est pas descendu sur les grands axes. Mais le bruit de la moto gp est bien trop énorme pour la faire craquer dans sa cache alors il attendra les beaux jours pour la mettre en état.

Voila donc encore quelques mois de travail pour lui car avec simplement une pioche, il lui faudra encore du temps pour ouvrir de l’espace dans la roche et le travail de nuit l’épuise.

Il décide donc de passer sa journée à la mise en place de sa réserve d’eau.

Il va faire ainsi plus de 50 allers retour avec simplement ses deux bouteilles plastique afin de continuer à remplir son contenair de 3000 litres. Avec un remplissage de 75 litres par journée il estime qu’il a encore pour 1 mois de travail.

Durant la journée, plusieurs fois il entend passer plein gaz des motos et chaque fois il s’arrête de bosser pour écouter avec émerveillement le son de ses machines.

Un BI…

3 cylindres en furie.

Il ne souhaite pas d’autre motard avec lui alors il ne signale pas sa présence à un motard même si il lui semble inoffensif. Aujourd’hui sa sécurité et son bien être son primordial alors chacun sa M....

En fin de journée un bruit sourd et singulier le stoppe dans son retour sur sa cache.il pose ses bouteilles et au milieu des arbres s’approche de la falaise.
Il entend distinctement un groupe arrivé à vive allure. Mais au milieu de se bruit puissant un son se dégage avec force et lui attire l’oreille et il ne peut se tromper sur la nature.

Ce sont des motos G.P.

Il enclenche sa paire de jumelle numérique et attend en scrutant le bitume caché au milieu de la végétation dense, il ne craint pas d’être repéré.
Couché sur le sol, camouflé dans son treillis, il attend le passage.

Le bruit caverneux se rapproche et il savoure ce bruit qui l’électrise. Les motos G.P ouvrent au milieu d’autres machines.

Dans son objectif, il capte le groupe qui avance à grande vitesse sur le grand axe.

Une grosse GT qu’il ne reconnaît pas devance un groupe de 5 motos.ils sont tous très proche les uns des autres et ils sont couche sur leurs motos.

Il reconnaît enfin les fameuses motos, un ZXR et un RCV son au milieu de ce groupe. Cette vison le transporte et il ne peut s’empêcher de se régaler à la vue de ce groupe parfaitement organisé et concentré sur la route.

Un 1098 ferme la marche et les forme généreuse du pilote ne lui laissent aucun doute ; c’est une belle femme qui le monte.

Des grands coups de gaz de retrogadage se font entendre. Le groupe ralentit sa vitesse et scrute les horizons.
Ils stoppent sur le grand axe et leurs regards fixent maintenant sa montagne !

La femme est descendue de sa moto et s’est approchée du bord du bitume.

Son numérique lui indique qu’ils sont à 800 mètres de lui mais il les surplombe de presque 1 kilomètre.

Il zoom sur la créature.

Elle balaye son regard de gauche à droite et inspecte sa montagne avec curiosité et voila une perspective qu’il ne l’enchante guère.

Une légère panique l’envahie et il hésite quand à l’attitude à adopter. Mais il reste plein zoom sur la femme.
Elle s’est retournée vers le groupe et il discute.

Finalement le groupe redémarre et tourne sur sa gauche en direction de lui.

La peur l’emporte…

Il jaillit de sa cache et cours vers son abri, ses pensées s’entrechoquent.

Mais qui sont-ils ?
Pourquoi ont ‘ils tourné ?
Qu’elles sont leurs intentions ?

Si ils trouvent le chemin qui monte jusque ici ils seront oblige de pousser leurs machines mais en moins de 3 heures ils peuvent être là.

Rapidement, il range l’entrée de sa cache et rentre le GSVR au milieu des matelas.

Le travail pour l’eau est termine, maintenant il va s’occuper de son MICRO UZI et contrôler les pièges qu’il a mis en place dans les bois et dans un périmètre de 400 mètres autours de l’abri.

Il lui semble inimaginable que l’on vienne le déloger alors si ils parviennent jusqu'à lui, il sera prêt.

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeMer 24 Oct 2007 - 14:31

Saison II
Episode 3 « Le complexe »

Elle est la dernière station essence ouverte proche de la mégalopole. A 300 km de la ville, elle dessert des millions de litres de gasoil pour le ravitaillement des super trucks chargés des livraisons de marchandises.

Pour les professionnelles du transport, elle est vitale car c’est plus de 150 trucks par jour qui font une halte dans cette station étalée sur 3 hectares.

Les 64 pompes crachent le précieux liquide toute la journée sans discontinuité dans un brouhaha constant de camions arrivants et d’autres repartants.

Ouverte toute la journée, elle comprend un hôtel, une cafeteria,« le Red Zone Bar » et des zones d’habitations.

Elle est un lieu de fourmillement d’homme de femme en tout genre, venue des 4 coins du pays.
Certains se cachent des autorités, d’autres se reposent et une partie vit ici toute l’année en survivant de troc ou de vente avec les camionneurs.

La nuit, les lumières du complexe éclairent la plaine sur plus de 100 km de circonference.

La station est un vrai phare pour tous les dissidents et autres voyous de la région.

La présidence se contente de bloquer au maximum la migration de cette foule vers la mégalopole, mais elle l’a laisse fonctionner en autarcie consciente de son utilité pour le transport.

Une frontière a été crée aux abords de la ville pour filtrer ceux qui tentent de rentrer en provenance du complexe.

« Le Red Zone Bar » est tenu par Phil et dans cet univers de débauche il a réussi à survivre et à créer sa petite entreprise. Les camionneurs ont fait sa fortune et c’est avec une grande fierté qu’il organise son petit monde sur son empire.

Homme d’influence et de pouvoir, il régit la vie du complexe depuis son appartement de 300 m2 situé au dessus du bar.
Son intérêt seul compte et il peut aussi bien travailler pour la présidence que des organismes illégaux.40 hommes sont chargé de sa protection et la vie et la mort de plus de 3000 personnes vivant sur le complexe dépendent de ses décisions.

La gaffe, homme de confiance de Phil et gérant de la station essence organise sur le terrain les directives de son boss.
Il est un vrai coq qui parade dans le complexe au volant de sa F 430 GT, toujours accompagné d’un Hummer avec ses 6 hommes de mains.

C'est tard dans la nuit que le Speed s’est arrêté devant le Red Zone Bar après plus de 200 km à toc sur les grands axes. Dans un mouvement d’énervement, l’homme balance la machine au sol sans la béquiller.

Le moteur fume et cliquette bruyamment.

Le géant se rue à l’intérieur et se fraye un passage au milieu de la foule des camionneurs à grand coups d’épaules. Il connaît le lieu parfaitement et les videurs présents le laissent ouvrir une porte sur le fond du bar.

« C’est la M... Patron ! J’ai failli y rester la bas et j’ai perdu P’tit Philou…je sais juste que Tripleman et Menzo arrivent mais ils sont tous les deux blessés. Il me faut plus de moyen et j’y retourne, j’ai un compte à régler avec un Belge. »

Snipers à éructer ses paroles et l’homme devant le lui regarde sans faillir.

Celui-ci est confortablement installé dans un fauteuil grand confort et c’est plus de 150 kilos qui regardent fixement Snipers dans les yeux. L’homme porte une veste médiévale de lin rouge et celle ci est rehaussée par des épaulettes de cuir. Sa taille est serrée par une ceinture noire. Il porte un treillis de type américain et à ses pieds une paire de Tiag en crocodile.

« Je ne veux pas le savoir ! Tu as une tache à remplir alors tu l’as mène jusqu’au bout. Tu recrutes 2 gars de plus et tu règles la mission….
Et tu te présentes la prochaine fois devant moi avec la preuve de ta réussite, je n’imagine même pas le contraire pour toi ! Suis-je bien clair ? Tu as encore 2 mois ! »

Snipers ne répond pas et tourne les talons…il claque la porte en sortant.

Phil ouvre son tiroir et en sort un magnifique cigare cubain et commence à le savourer tout en se levant pour aller ouvrir une porte dérobée sur la droite de son bureau.

Face à lui une masse imposante dans la pénombre de l’encadrement. Il distingue le rougissement de la cendre d’une cigarette dans les doigts de l’ombre et la légère lueur lui dévoile un tatouage sur la main droite de l'homme : 2 oreilles de Lapin.

« Ne vous inquiétez pas, Monsieur, nous sommes dans les temps et notre contrat sera respecter. »

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeVen 16 Nov 2007 - 11:09

Episode IV « Inquiétudes »

Voila 1 heure que l’homme s’agite et cours autour de son campement afin de vérifier l’ensemble de son dispositif de pièges et d’alarmes.

Tout lui semble en état de fonctionnement mais le stress et l’angoisse sont monté en lui inexorablement depuis qu’il a aperçu ce groupe entamer la montée vers son repère.

Son esprit est brouillé par des milliers d’interrogations qui se croisent et s’entrechoquent dans sa tète de solitaire.

En nage il se résout enfin à rejoindre sa cache et à attendre. Assis en tailleur à l’entrée de sa grotte, il sert précieusement son MICRO UZI sur son torse tout en scrutant les alentours.

Sa tête fait de rapide aller retour sur 180° en tentant de distinguer l’endroit ou pourrais survenir le danger.

Il ne sait depuis combien de temps il attend mais il est pris dans son délire et ses doigts parcourent nerveusement le bas de la crosse du MICRO UZI.

Vide de chargeur.

Mais oui voila bien son tourment, depuis l’attaque de 2 ours il y a 1 mois, il n’a plus de balles !

Si la petite troupe arrive jusqu'à lui que pourra-t-il faire d’autre à part les mettre en joue et essayer de les dissuader ??

Fuir ?

Non il est hors de question de se résoudre à abandonner sa vie et ses cultures, voila la seule chose dont il soit totalement certain.

Oui c’est ça ! Il n’a que cette certitude en faite…il ne veut pas que l’on découvre son repère, alors il doit agir et ….oui l’homme se redresse subitement.Le groupe ne doit pas parvenir jusqu'à lui et son paradis… !

Il va donc aller à leur rencontre dans la pente et leur interdire l’accès bien loin de son trésor…il va préparer un piège et il les tuera tous… !

De plus au milieu des arbres il a plus de chance de les surprendre…

Son idée faite, il se rue dans la pente pour espérer trouver un endroit propice à l’embuscade, il emmène avec lui sa pelle et son râteau qui pourront surement lui servir pour frapper ses étrangers…

Il faut qu’il trouve un endroit idéal…

Mais un bruit familier et caractéristique de boite de conserves qui s’entrechoquent et tombent surgit précipitamment sur sa droite à une distance qu’il estime à 50 mètres de lui.

Les alarmes !!!

Et une voix aussitôt.

« MAIS BORDEL DE S... DE M... QUEL EST LE MALADE QUI FOUT DES IDIOTS DE PIEGE POUR LES GAMINS DANS CETTE FORET ! ON A AUTRE CHOSE A FOUTRE QUE DE SE LAISSER EMBETER PAR UN GAG PAREIL !

EN PLUS ELLES SONT PLEINES D’ORDURES SES FOUTUES CONSERVES ! TIN MAIS REGARDES ARNAL ! JE DAUBE DU FUTAL MAINTENANT !

TE JURE ….

Voila ça a fait drelin drelin.On est là c’est bon …en plus je schlingue ….c’est vraiment pas dur pour nous trouver… »

L’homme entend à présent le tournoiement d’un objet qui lui semble extrêmement imposant

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeMar 20 Nov 2007 - 10:32

Episode V « Rencontre du troisième type »


Je ne peux m’empêcher de sourire à la vue de Fury empêtré dans cet amas de boites de conserve et qui agite sa Claymore au dessus de lui.

Arnal est lui plié en deux et il se marre comme un gamin.

Le pauvre Fury est allongé sur le sol complètement pris dans ce qui semble un piège fait de ficelle et d’un amoncellement de conserves de toutes sortes. Ses grands gestes avec l’Epée pour essayer de se dépêtrer ne semblent d’aucune efficacité mais sont très comiques.

« Bon je crois qu’il va falloir que l’on t’aide mon gazou car là tu peux rester encore des heures »

Arnal a raison mais cette petite fabrication a bien exécuté son rôle et une ou plusieurs personnes ont du bien entendre notre precense maintenant.

« MAIS NONDIDIOU LES COPAINS VOUS VENEZ M'AIDER OU VOUS ME LAISSEZ LA! »

Je m’approche et commence à le dépatouiller de son piège, on aura bien le temps de se moquer de lui plus tard avec les autres.

Brunette, Ben et Telemak sont avec les motos en contrebas et ils attendent notre retour avec une bonne nouvelle : Trouver un nouveau lieu pour établir notre campement.

Mais tout en déballant Fury mon regard est attiré sur ma gauche par un bref mouvement au milieu des arbres.

Je me tourne et c’est un homme torse nue et en treillis que je vois surgir de derrière un arbre. Il agite devant lui un râteau complètement rouillé tel une arme. Ses yeux nous regardent fixement au milieu d’une énorme barbe qui lui cache entièrement le bas du visage et le cou. Sur sa tête il porte une casquette noire de saleté ou seule l’inscription sur la face avant semble être régulièrement lavée.

Il est marque Rossifumi for ever.

Son petit couvre chef est posé sur un enchevêtrement de cheveux crasseux qui lui descendent dans le dos.
Son corps est marque par de nombreuses blessures et il n’a plus du tout sa couleur originelle.

Ce n’est que maintenant que je fais le lien avec l’odeur senti et que je croyais être celle de l’environnement naturel …

L’homme qui nous regarde n’est en faite qu’une masse homogène d’immondices et de diverses vermines.

« Mais c’est quoi ça ? »

Comme Arnal je suis interloque par cette apparition et j’ai laisse Fury à ses soucis.

Le corps décharné de l’homme dénote complètement avec son regard.

Perçant et confiant.

Fury qui a le dos tourné à la scène s’époumone par terre.

« MAIS P... DE CHIOTTE DE SA MERE C'EST PAS DE LA FICELLE QUI VA ME FAIRE CH...! JE VAIS ME LA FAIRE TOUT SEUL PUISQUE PERSONNE NE DAIGNE M'AIDER!»

L’homme se rue en avant en brandissant son râteau...il marche dans ma direction, prêt à me frapper. Son pas est peu assuré et malgré sa volonté qui semble intacte, son état physique proche de l’épuisement total nous donne à moi et à Arnal une impression d’une personne au ralentit.

Une vilaine racine placée juste devant son pied droit le fait trébucher et il s’affale la tête la première sur le sol…inconscient après 2 mètres de course.

« Et bien, je crois que l’on a eu chaud là Juju…hihi »

Je retourne l’inconnu et le place confortablement sur le sol. Je m’applique sérieusement à lui donner un peu de confort afin qu’il retrouve ses esprits.
Je me place assis devant lui avec le Famas sur les genoux au cas où.

Arnal s’est accroupis sur sa gauche et attend comme moi des explications sur ce curieux affrontement.

« Et bien pour une rencontre originale, et bien c’est une sacrée même ! On attend qu’il se réveille et on essaye de comprendre. Par contre je vais me coucher à 10 mètres pour éviter cette puanteur...Ok les gars ? »

« Oui Fury… »

Il est enfin sorti victorieux de son combat contre la ficelle.

Apres une demi-heure, l’homme ouvre les yeux et malgré quelques soubresauts, il assimile vite sa situation délicate.

De piégeur il est devenu piégé.

Avant que j’ouvre les débats, Arnal me précède et je ne peux que le laisser parler bien que j’aurais préférer un peu plus de diplomatie.

« Lut à toi le Neanderthalien, franchement impressionné par ton attaque fulgurante et pleine de surprise, nous avons eu beaucoup de chance que cette maudite racine te stoppe dans ta charge magistrale, Sinon un petit coup de Tahiti douche ça le ferait bien aussi le cro magnon… ! »

Je coupe rapidement Arnal et commence une présentation plus calme et tranquille. Je lui présente le groupe et notre vie et essaye de lui montrer que nous sommes amicaux.
Mais c’est Fury qui me coupe à son tour.

« Et toi le gars …..Ton nom ? »

Comme réponse nous distinguons simplement des longs poils de barbes repugnants bougés au niveau de ce qui doit être sa bouche. Une voix rauque et cassée en sort.

« Je crois que mon nom est Chriss……….. »

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeLun 10 Déc 2007 - 16:30

Episode VI

« Trauma »

Je suis déboussolé et je cours comme un damne au milieu de foret, je traverse la végétation sans me soucier des ronces et des branches qui labourent mes bras et mes jambes.
Le sang coule et j’ai une profonde entaille au niveau du genou gauche, la douleur me crispe le visage mais je ne m’arrête pas.

Derrière moi, Arnal est toujours là et je l’entends réarmer son DESERT tout en essayant de me suivre dans cette fuite éperdue.
Il respire profondément et le souffle de sa peur me frappe le cou.il est à moins de 2 mètres de moi.

Voila 1 heure que nous courrons et je ne perçois plus de déflagrations derrière nous. Le carnage est loin maintenant et nous sommes à bout.

Soudain devant moi, une importante pente au milieu des arbres me fait perde l’équilibre et je tombe en avant, je me laisse glisser sur le dos sans forces en tentant de contrôler ma chute.

Mais celle-ci semble interminable. Le sol bosselé et caillouteux me transperce le dos

Ma jambe droite heurte violemment un arbre.

Elle se courbe autour du tronc dans un affreux craquement et je me retrouve propulsé la tête en avant dans la pente.

10 mètres plus bas, ma chute est stoppée par un monticule de terre.

Mon instinct me fait me retourner immédiatement et malgré la secouée de la dégringolade j’ai gardé le LUGER à la main et je le pointe en fixant autour de moi la foret et les arbres enveloppants.

Tous les éléments semblent calmes et je ne vois pas ARNAL.

Ma jambe décris une originale figure qui ressemble à un essai d’arc de cercle tracé par une main tremblante. Une importante boursouflure tend mon jean sous mon genou.

La fracture est ouverte.

Je ne sais dans quelle direction j’ai couru avec Arnal.

D’ailleurs ou est il ?

Il a bien du me voir tomber et peut être essaye t’il de me rejoindre, de toute façon je ne peux pas bouger avec cette jambe et je commence à vaciller.

A mesure que mes forces me lâchent, je revis la tuerie et notre fuite à travers la foret.

Tout mon corps me fait atrocement mal et une tache rougeâtre envahie mon jean.

Je me couche sur le sol et laisse tomber le LUGER.

Je m’abandonne doucement et tranquillement à l’état de somnolence qui m’envahie.

Que va-t-il m’arriver?

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeMar 11 Déc 2007 - 9:54

Episode VII
«Intermède»

24 heures avant

La nuit tombe rapidement.

Nous nous sommes installe pour la nuit dans le repère de l’hermite. Toute les installations nous impressionne.
La perspective de dormir dans un lieu qui nous semble en sécurité nous a tous rassuré et la joie est visible.

Ben et Fury se chamaillent et attendent avec impatience le repas que préparent Arnal et Telemak.

Brunette à bien essayé de parler avec Chriss mais celui-ci est plonge dans un mutisme depuis que nous l’avons trouve et que nous avons envahi son habitat. Il est assis en tailleur à l’entrée de la grotte et son buste bascule d’avant en arrière depuis sa capture. Il ne parle pas et il est plonge dans ses peurs er ses angoisses intérieures depuis que nous l’avons découvert. Nous avons lié ses bras et ses pieds pour éviter une autre attaque de sa part.
Cet homme a vécu seul ici trop longtemps et il semble «dérange du crane » comme le dit Ben.

Le bonheur est à son comble lorsque nous dégustons des salades et des tomates, voila des années que nous n’avons pas eu autant de diversité dans notre alimentation.

Devant la difficulté pour amener les motos jusqu’au repère, celles ci sont restées en bas de la montagne, camouflées.

Voila bien une perspective qui inquiète Brunette car nous sommes bien loin de nos engins et une fuite soudaine à organiser ne serais pas possible.
Elle m’a bien affirmée que de toute façon nous ne resterons pas dans ce lieu car justement notre capacité de fuite est nulle ou alors à pied et sans les motos.

La découverte du GSVR est un grand moment pour Arnal et moi car c’est la première fois que nous voyons une autre moto gp en marche dans ce monde. Malgré son état crasseux comme son propriétaire, la mécanique semble capable de craquer immédiatement.

«Et les gars, j’ai trouve des vieilles «équipes» de 2010 à l’intérieur de la grotte, cela semble être notre maboul sur les photos!»

Un article parle d’un française nomme CHRISS qui gagne à Assen en mondial SSP.

La comparaison avec l’homme en combinaison, rasé de près et le solitaire est difficile même si nous retrouvons les yeux.

«Si c’est lui et bien il a pris un sacre coup de vieux le gonze!»

Fury se moque gentiment du crasseux mais celui ci ne réagit absolument pas. Il reste prostré dans sa position et regarde le sol en hochant de la tête.

La solitude a du sacrement le démonter.

Apres une bonne heure de blague et de chambrage devant un bon repas, la fatigue se fait sentir.

Arnal, Telemak et Ben ont fait vite pour se trouver un endroit pour passer la nuit. Ils sont tous les 3 à cote et ils dorment profondément.
Seul le ronflement d’Arnal rythme la tranquillité de la nuit.

Nous avons installe Chriss sur sa couche pour la nuit et nous nous préparons avec Brunette et Fury à organiser les tours de garde.

Je laisse Brunette et Fury discuter ensemble et je me couche aux abords de la grotte à une distance respectable du ronflement d’Arnal.
C’est Brunette qui me réveillera dans 4 heures pour ma garde.

Demain nous reprendrons la route, encore une fois, pour un lieu plus adapte à notre groupe.

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeJeu 20 Déc 2007 - 11:27

Episode VIII

Celui qui est lucide

(10 heures avant)

Les effluves de café me sortent de mon sommeil. Je scrute le ciel clair et sans nuage qui s’offre au dessus de ma tête. Je me sens vraiment reposé et l’envie de rester encore dans la chaleur de ma couche est forte.

A mes coté, Brunette dort encore et je distingue juste sa chevelure qui dépasse de l’important duvet

En me tournant vers ma droite, mon attention est attirée vers le prisonnier et nos regards se croisent. De ses yeux émanent cette fois ci une grande concentration et une profonde maitrise, il me fixe avec insistance et je ne peux me détacher de la puissance qu’il dégage à cet instant.

«Tes amis ne savent pas ce qu’ils font, ils nous mettent en danger. Il faut qu’ils arrêtent tout de suite»

Tout en me parlant, il me désigne le reste de la bande qui parle derrière moi.

Il est sur de lui et ses mots sont sortis posément et avec conviction.

Arnal, Ben, Telemak sont assis en cercle en train de boire un café et ils entourent le foyer d’un puissant feu.

Instinctivement mon regard monte et regarde l’imposante colonne de fumée qui s’eleve.Elle dessine une grande et belle ligne qui s’étale sur fond de ciel bleu et se dissipe à plus de 1 kilomètre au dessus de nous.

Je réalise le danger et l’inconscience de mes camarades.

Je bondis vers eux.

«Il faut stopper tout de suite le feu les gars, vous êtes fou, la fumée que vous faite est visible sur toute la plaine, on va se faire repérer»

Je piétine le feu avec mes bottes et le recouvre de terre et de poussière…Malheureusement le mal est fait et il faudra de longues minutes avant que la fumée ne se dissipe.

Ben et Telemak restent comme des idiots et me regardent tout penaux.Le moment de détente était merveilleux et mon intrusion soudaine dans leurs doux rêves les ramènent à la réalité.

Ils ont encore leurs tasses de café à la main.

Ben essaye l’humour:
«Tin j’vous avais dit les gars que ce n’était pas une bonne idée et que je n’étais pas chaud, j’vous l’avais dit…mais tous le monde me prend toujours pour le gamin..»

Arnal a compris et réalise la bourde:
«Dediou, on a fait un sacre feu, mais Juju la chaleur de la matinée et le temps se prêtaient vraiment à ce moment…»

Il a la mine déconfite.

Brunette s’est levée précipitamment et est déjà à coté de nous avec ses 2 GLOCKS dans les mains.

Elle commence une immense engueulade ou elle crache avec force toutes les règles de notre groupe et les principes que l’on a établi depuis que nous sommes ensemble.

Je la laisse avec nos 3 zigs et revient vers la grotte et c’est Fury qui me fait face.

«Alors, tu crois que nous sommes repéré Juju, la fumée ne va pas se dissiper tout de suite..»

Je hausse les épaules, peut être que avec un peu de chance mais bon vu l’ampleur du feu…

Chriss, toujours attaché sur sa couche me fixe toujours profondément,un frisson me parcoure l’échine. Son attitude désemparée et idiote des heures précédentes est loin et j’ai face à moi un homme déterminé et qui transpire l’intelligence.

«Bon on bouge tout de suite le groupe, Arnal vient de me dire que cela fait plus de 1 heure que le feu brule alors autant vous dire que si il a été vu et bien le ou les personnes doivent déjà être en train de venir vers nous.»

Ben et Telemak passe à cote de moi, le regard bas et rouge de honte.

«Il était pourtant bien bon ce café»

On commence à remballer et je réalise la situation.

Nous sommes à plus de 1 heure des motos à pied que nous avons laissé en contrebas d’une montagne que nous ne connaissons pas et donc question mobilité c’est un peu la catastrophe si nous avions à nous échapper devant un danger.

Apres 15 minutes, nous sommes prêts.

Le soleil crève un nuage et vient inonder la plaine de sa lumière.

Arnal à le regard transporté par la beauté du lieu et il contemple la grande plaine.

Fury s’est assis sur un rocher et lui aussi est absorbé par l’instant.

Brunette est en retrait et elle tient Chriss toujours attaché avec une corde.

Il attrape de nouveau mon regard.

«Ils sont déjà là»

Nous commençons la descente vers les motos.

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeVen 21 Déc 2007 - 15:25

Episode IX



«Celui qui décide»



Le chemin tracé par Chris pour la descente de la montagne permet aisément le passage d’une personne et sa moto. Mais notre nombre nous oblige à être les uns derrière les autres.

Cette matinée est extrêmement chaude et chacun se concentre sur ses pas et le chemin caillouteux et très peu entretenu.

A de nombreux endroits, la végétation a repris son droit et il faut plusieurs fois stopper notre marche pour casser des branches et ainsi ouvrir la voie.

C’est Fury qui fauche devant tous le monde avec sa Claymore. Il donne des grands gestes à gauche et à droite qui dégagent sur plus de 1 mètre.

Chris suit sans broncher et son état physique semble mieux que les heures précédentes, il est précédé par Brunette et c’est Ben qui le suit.

Apres une bonne trentaine de minute, nous sommes déjà fatigués, notre progression est lente et usante.

Il faut dire que nous avons tous plus de 20 kilos de nourriture sur le dos, pris sur le campement, en effet ne sachant si un jour futur nous serions capable d’avoir autant de choix nous avons pris le maximum.

«Une pause bordel, je suis vanné à essayer de couper cette maudite végétation..!»

«On continu Fury, pas le choix, il faut vite retrouver notre mobilité.»

Brunette sera tranquille uniquement quand le groupe chevauchera les montures.

Apres de longues minutes,le calme est revenue dans le groupe et la
Devant, Fury s’arrête. Tous le groupe se fige et attend.

Il scrute devant lui et finalement avance sans faire de bruit de plusieurs metres .

Il stoppe pas et me fait signe de le rejoindre.

Devant nous,une clairiere parsemées de hautes herbes baignent dans le soleil.

Avec Fury nous nous accroupissons et commençons un balayement méthodique de la clairière et de la foret qui reprend à 30 mètres en face.

Scrupuleusement, je sonde la végétation. J’examine et fouille visuellement toute les parcelles du terrain.

Derrière nous, le groupe s’est allongé en silence et patiente. Soucieux de notre décision.

Fury m’agrippe le bras et me montre doucement les arbres sur notre droite.

Je me concentre sur la zone qu’il me designe et j’attends en retenant mon souffle.

Tout d’abord, Je discerne que des arbres et des branches qui s’entremêlent alors méticuleusement je balaye de nouveau la zone en m’habituant au lieu et au couleur.

Et c’est là âpres 5 minutes que je différencie enfin ce que Fury veut me montrer.

Au milieu des branches et du vert de la végétation, une ombre plus noir ressort que j’estime à moins de 2 mètres de l’orée des hautes herbes.

Celle-ci ne bouge pas mais maintenant je visualise parfaitement un bras levée avec le poing fermé.

Mon regard est habitué maintenant et j’arrive à degager, trier et isoler les mouvements qui me semblent suspects en face de nous.

Ce que je vois commence à me glacer le sang.

Ce sont 8 ombres qui nous font face à moins de 30 mètres tapis dans la végétation et qui se déplacent lentement vers la clairiere. Leurs mouvements sont mesurées et précis mais je visualise les bras qui se font des signes entre eux.

Avec les deux ombres aux deux extrémités, je pense que nous avons au minimum 10 personnes qui nous font face.

Fury chuchote:

«Il faut reculer et choisir une autre direction, la rencontre n’a pas l’air du tout amical et comme nous ils se méfient du passage à découvert. Je ne pense pas qu’ils nous ont repéré.»

Fury se tourne alors vers moi et me fixe. Son attitude est réfléchie et je redoute ce qu’il va me dire.

«Ces gonzes là viennent d’en bas par le chemin et il semble bien qu’ils ont l’intention de poursuivre la montée. Tu fais demi-tour avec les autres et je reste là pour tenter de voir qui ils sont. S’ils cherchent à passer, je les retarde et je vous rejoins. On se retrouve aux motos avant la fin de la journée.
Donne-moi ton Famas, avec la Claymore en plus je suis invincible.»

Son clin d’œil ne me rassure pas mais je reste quelques secondes perdu dans son regard à essayer de trouver une autre solution.

Il me sourit et il est serein.

Je lui prends la main et tout en reculant doucement collé au sol je le regarde.

«Tu joues pas aux héros hein Fury?»

«Pas de blême juju et toi prends soin du p’tit Ben..»

Derrières moi Brunette à compris et commence déjà à faire reculer tous le monde.

Dans le plus grand calme, nous décidons de retourner vers le campement.

Lorsque nous serons un peu plus éloigné, il faut que Chriss nous donne un autre passage pour descendre.

Tout le monde dans le groupe semble avoir compris la situation et chacun mesure l’attitude de Fury.

Ben m’a regardé incrédule et j’ai sentit un lourd reproche dans son regard mais avions nous le choix? J’ai confiance et il va nous rejoindre.

Perdu dans mes pensées et oubliant la fatigue et la chaleur je m’applique à exécuter des pas lents et silencieux pour s’éloigner du danger.

Chriss est lui aussi tendu et Brunette l’a détaché pour faciliter sa marche. Il me précède.

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeJeu 27 Déc 2007 - 10:04

Episode X

«La horde sauvage»

11 heures avant

Les 3 cylindres hurlent maintenant depuis près de 2 heures.Le paysage défile à 240 et tout le groupe occupe entièrement la voie du grand axe.
La bande est devancée par une seule Speed:

Celle de Snipers.

La bête est intensément concentrée sur sa ligne et les nombreux pièges du bitume. Ses yeux sondent et analysent rapidement les plus infimes aspérités et autres trous qui parsèment l’asphalte vieux de plus de 30 ans.

Il presse les poignées du Triumph avec une force immense et ses pensées sont obnubilées par un dessein unique:

Chercher, repérer et annihiler

Derrière lui 11 affreux le suivent et ils n’ont comme but que de satisfaire aux souhaits de leur chef.

Il y a là Menzo et Tripleman qui convoitent une nouvelle rencontre avec le petit Ben. Le bandage de Tripleman saigne abondement mais il est porté par sa haine et son envie de revanche.

Les autres chiens de garde viennent tous du complexe ou ils vivaient de divers trafiques au service de Phil.La proposition de Snipers et la prime les ont persuadés.

Ils sont tous parfaitement adroits et entrainés aux maniements des armes lourdes.

Snipers les a tous équipé de M-16 et de grande protection en cuir.

Un seul du groupe porte un tatouage particulier:

Des oreilles de Lapin sur la joue droite.

C’est dans ce vrombissement des moteur et de rupteur que Snipers en balayant l’horizon aperçoit une longue colonne de fumée montante au ciel sur sa droite. Aussitôt il lève le bras et il montre à sa bande ce qui pour lui est un signe extrêmement positif d’une attaque à venir.

Pour réponse, il reçoit le déclenchement de 11 rupteurs avides de sang.

La fumée monte d’un point qui semble être au sommet d’une importante montagne qu’il commence à deviner à mesure que les kilomètres défilent.

Snipers ralentit et s’applique à garder son moteur en dessous de 4000 tours.Il ordonne à son groupe de continuer l’avancée dans le plus grand silence.

Apres 6 kilomètres parcourus au pas, le groupe stoppe sur le bord du grand axe.

«Nous allons continuer à pied, nous sommes à 1 kilomètre de la montagne.Evangelius et Benet vous restez ici avec les motos, avec les autres on va monter la haut voir un peu ce que le feu va nous amener comme petite tête à fracturer.»

Tout en parlant, Snipers brandit et caresse sa hache à double francisque.

Le groupe entame son approche.Le pas est rapide et décidé, il est de plus aisé pour eux de réaliser l’emplacement exact au sol du feu tant celui-ci est abondant et vivace.

Apres une dizaine de minutes, la horde entame la montée au milieu des arbres et d’une végétation dense.

Le groupe se positionne en ligne avec au maximum 2 mètres entre les hommes.

Les guerriers s’appliquent à la conversation par geste et leur progression s’organise dans un grand calme.

Snipers précède toujours ses hommes de quelques longueurs et sa masse lui demande une grande concentration dans ses gestes car à chaque pas fait c’est une multitude de branches et de feuilles qui sont écrasées et déplacées par son volume hors du commun.

L’avancée est longue mais pour lui,il est indispensable d’arriver à surprendre les personnes qui se trouvent la haut.Le moment de la curée suivra apres l'encerclement.

Il faut donc qu’il temporise son hardeur et celle de sa légion avant le grand spectacle de la chasse.

Le soleil les tape lourdement mais Snipers continue à marcher et a surveiller la position de ses hommes et c’est après plus d’une heure que le groupe arrive sur une clairière qui coupe leur progression et les oblige à faire un passage à découvert.

Les 9 enragés se tapissent au sol et attendent la décision de Snipers.

Celui-ci profite de l’instant pour laisser ses hommes récupérer de la montée et écouter la nature et les bruits qui pourraient lui sembler suspects.

De longues minutes s’écoulent qui le laisse simplement face aux frissonnements des feuilles et aux craquements des branches. Devant lui le soleil à percé et inonde la clairière de ses rayons.

Ils doivent traverser.

Alors avec une grande application il détend lentement et ouvre son puissant bras droit avec le poing fermé pour signifier aux autres de reprendre le mouvement.

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnal
Administrateur
Administrateur
arnal

Masculin Nombre de messages : 17543
Age : 40
Localisation : 59 - Roncq
Modèle/Année : ZRX1200 R
Couleur : verte
Date d'inscription : 15/09/2006

"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitimeVen 4 Jan 2008 - 11:42

Episode XI

«Le cri de Fury»

La chaleur de l’astre brule la trouée dans la verdure, les petites herbes jaunies par l’ardeur des rayons transparaissent au raz du sol tel des milliers de lances coupantes pointées vers le ciel. Une légère brise gondole mollement leurs pointes accompagnées d’un délicat souffle.

La plénitude apparente du lieu ne dissimule pourtant aucunement la tension et l’inquiétude de Fury applati au sol attendant la sortie de la bande.
Le canon du FAMAS inspecte méticuleusement l’orée du bois de l’autre cote afin de parer à toute surprise.

Les cliquetis caractéristiques des puissantes armes qui s’arment en face de lui se font entendrent.

Une forme. L’homme est immense et sa gigantesque carrure de guerrier ramène Fury dans ses souvenirs.

Snipers lui fait face à moins de 30 mètres.

Ses doigts se tendent sur la gâchette et Fury s’efforce d’évacuer l’envie de déverser son chargeur immédiatement sur la brute.

Il sait que l’homme n’est pas seul et qu’il a amené avec lui un ramassis de sauvage. Il a positionné le FAMAS G2 en rafale de 3 coups.et il dispose d’un seul chargeur de 30.

Aussitôt derrière Snipers c’est 4 ombres qui surgissent,3 autres qui se dévoilent sur la droite à près de 6 mètres des autres et 2 hommes de plus de l’autre cote de la clairière.

Ils portent tous de puissant plastron de cuir et un M 16 pointé devant eux. Seul Snipers brandit sa colossale hache. Il l’empoigne avec ses deux mains et ses yeux sont rivés sur la position de Fury.

Pendant plusieurs minutes, Fury laisse les hommes s’avancer à découvert, il retient son souffle et ne bouge pas. Seul ses yeux font de vaste va et vient entre les groupes et essayent de mieux cerner les sentiments des barbares.

La tension palpable à la sortie de la foret semble se dissiper et le groupe, après une pause, progresse plus tranquillement au milieu des lances jaunes.

Fury n’a aucune intention de parlementer et il connaît que trop bien les desseins de Snipers. Bien sur il a très peu manié le FAMAS G2 auparavant et il n’est pas sur de faire mouche car les puissantes rafales vont le déstabiliser mais il n’a pas le choix.

Il arme et dans le mouvement il ne distingue que Snipers qui réagît instantanément aux bruits.

Il décoche ses rafales de gauche à droite et essaye d’arroser tous les hommes qui lui font face à 20 mètres.

Le FAMAS hurle et crache à plus de 1000 coups minutes ses terribles flèches.

Des hurlements sur la droite!

Fury instinctivement se tourne de nouveau et dans sa ligne de mire 2 hommes encore debout sont recroqueville sur eux même en se tenant le ventre.

Fury lâche 3 rafales dans leur direction et un giclement de sang et de chair transpercée inonde la zone.

Les 2 hommes s’affalent comme des pantins sur le sol.

Il se tourne immédiatement et vise devant lui ou plus personne ne lui fait face.

Son souffle s’est accéléré et ses yeux sont exorbités. Terriblement concentré il essaye de réaliser.

Un autre homme est en train de ramper vers la foret sur la gauche. Il traine ses jambes devenue inutile et un long râle jailli de sa bouche.

«Serial Motard vas y! Rejoins-nous!»

Fury vise le corps qui se traine sur le sol et appuie froidement sur la détente.

L’homme est fauché à la tête et s’écroule.

Alors le belge fait entendre son puissant cris rauque. Du fond de son être il sort le plus beau et énergique des hurlements.
Il décharge toute sa folie et son appétit enragée de détruire et de ne pas laisser passer les autres.

Pour seul réponse, la voie de Snipers se fait entendre

«ARROSEZ MOI LA ZONE ET EXPLOSER MOI TOUS»

Fury se plaque sur le sol.

Un déferlement de rafale submerge sa petite cachette et abat les arbres autour de lui. Il se protège la tête avec les mains et il ferme les yeux.

Ce sont des centaines de feuilles et de branches qui s’effondrent déchirées par les décharges des M 16.

6 animaux se sont levés simultanément et vomissent leurs monstrueuses balles. Apres l’épuisement complet des chargeurs,ils rechargent et en un éclair ouvrent de nouveau leur insupportable mélodie.

Fury se retrouve enseveli sous la masse de bois qui tombe, bientôt c’est une ouverture qui est faite dans la foret et la lumière découvre sa cache.

Un tronc lui explose la jambe gauche en se fracassant sur le sol. Un ensemble de branche lui laboure le dos et le poids lui coupe la respiration.

Apres avoir joué 3 fois le même couplet, L’orchestre se tait.

Fury relève péniblement la tête et enfoui sous la foret désarticulée,il contemple la clairière.

Une épaisse fumée lui cache l’autre coté et une odeur de brulé empeste la zone.Des craquements de bois se font entendre au dessus de lui.

Le silence.

Sa situation est désormais précaire et il essaye de se dégager de toutes ses forces de cette prison. Sa jambe le fait terriblement souffrir et il lui semble impossible de la dégager de l’étreinte du tronc. La douce chaleur du sang imprègne son jean.

La fumée commence à se soulever et il réalise que ses mouvements de dégagement pourront être vu alors il stoppe et se cale sur le sol.

Le FAMAS n’a plus de balles alors doucement et profitant du brouillard il empoigne sa Claymore et attend.

1 heure va passer dans le silence le plus complet.

Snipers et ses hommes n’ont pas bouge et il semble que l'attaque soudaine les a stupefait.Ou alors peut etre joue t'il avec Les nerfs de Fury.
Celui ci est content toutefois car voila un temps précieux gagné pour les bats et leurs fuites.

Le soleil tape toujours aussi lourdement et Fury transpire à grosses goutes sous ces branches. Plusieurs fois il a lutte contre l’évanouissement mais sa volonté plus forte que la douleur l’a gardée en éveil. D’ailleurs il ne sent plus sa jambe gauche et le faite de baigner dans son sang ne le gêne plus. Il est obnubile par un seul but:

Résister encore et gagner du temps.

Apres de longues minutes, son regard capte subrepticement un mouvement à moins de 10 mètres de lui. Un imperfectible trouble au milieu des herbes hautes et qui ne l’avait pas inquiète avant.

Après avoir sondé la zone avec précision, il réalise et voit une masse de cheveux qui se traine au raz du sol et avance centimètres par centimètres.

Le groupe essaye de passer en rampant!

Alors, porte par une force et une volonté invulnérable; Fury s’efforce de se dégager de son piège et pousse comme un enrage sur la masse de bois qui le recouvre.

«Du bruit devant les gars! Menzo, Michalon et P’tit 6 découper moi la zone!»

Les M16 S’arment.

Mais devant les 3 hommes c’est un puissant hurlement qui répond et des craquements de bois.

Michalon se lève et vise la zone prêt à tirer. Il ne distingue rien mais un sifflement se fait entendre. Un objet qui lui semble imposant tournoie.

Soudainement un amoncèlement de branche et de feuilles est propulsé en l’air et le cri reprend violemment et déchire la clairière.

Pour la première fois la brute est désappointée et ne comprend pas la situation. Un semblant de peur traverse l’esprit de Michalon.

Fury se dresse, tout en meuglant et oubliant sa jambe broyée,il se rue sur Michalon dans une puissante charge.

Il arrive sur lui avec toute son energie et la Claymore qui est une épée de premier assaut va pouvoir démontrer toute sa puissance de frappe.

Il l’a jete en avant et dans un fracas d'os brisé,elle ouvre l’homme devant lui au niveau de l’épaule droite et descend en diagonale jusqu’au sternum.

Michalon s’écroule quand Fury ressort l’arme de guerre.

Pti 6 et Menzo se sont relevé et crache tous les deux la totalité de leurs chargeurs sur l’ombre qui a jaillit.

Mais Fury a plonge en avant sur le sol et dans un roulé boulé se retrouve à moins de 1 mètre des hommes qui n’ont pas saisi l’intrépide manœuvre.

La Claymore jaillit du sol et transperce le ventre de P’tit 6 qui hurle sa douleur. Fury réunit toute ses forces et la grande maitrise de son arme et tout en la tournant dans la plaie il ouvre le ventre de la brute par la droite pour dégager sa lame.

P’tit 6 reste un instant debout les yeux remplis de surprise et de peur puis il s'ecroule lourdement.

La Claymore est déjà en l’air prête à frapper de nouveau mais une rafale provenant des arbres frappe Fury au buste.

Celui ci trébuche mais reste debout.

Menzo dégaine un long poignard et se rue sur Fury qui contre l’attaque du mercenaire avec l'epée et le repousse en arrière.

Une seconde rafale touche Fury aux jambes et lui ouvre la cuisse droite.

Mais Fury reste encore debout.

Il hurle de nouveau son cri de guerre quand Menzo revient à la charge mais cette fois il se décale dans un mouvement rapide sur la droite et esquive le coup de Menzo qui fini dans le vide.Il réalise un brusque tour sur lui-même en lancant sa Claymore dans une ronde meurtrière qui décapite Menzo par l'arriere.

Alors,Fury se lance de l’autre cote de la foret en rassemblant ses dernières forces pour lancer encore une fois son épée sur l'ennemi.

C’est une hache à double Francisque qui transperce l’air en tournant sur elle-même qui le stoppe net et qui vient se figer dans sa poitrine.

L’arme de 15 kilos le propulse durement au sol.

Figé à terre,il regarde le soleil qui lui fait face.Il ne ressent plus de douleur mais une magnifique plénitude intérieure.

Tandis que la vie s’échappe de son corps il échange un dernier sourire avec le ciel bleu

_________________
Que ceux qui se croient parfaits me lancent des pierres , avec celles ci je construirais des maisons d'illusions dans un monde imaginaire ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Empty
MessageSujet: Re: "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.   "Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
"Chroniques Motardes" (by Juju6R) L'integrale.
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une "sale toux", étude de cas
» Les flèches "flu-flu"
» Liaison "Rouen - Caen"
» PARIS-COLMAR 20011 "les qualifications"
» Chaussures "tout-terrain"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DU ZX-6R :: DISCUSSIONS :: Le Bar-
Sauter vers: